DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Ligue 1: Lille veut passer à autre chose

Vous lisez:

Ligue 1: Lille veut passer à autre chose

Ligue 1: Lille veut passer à autre chose
Taille du texte Aa Aa

Tourner la page… Moins d’une semaine après l’envahissement de la pelouse par des supporters mécontents qui ont tenté de s’en prendre aux joueurs après le match Lille-Montpellier (1-1), le Losc va retrouver la Ligue 1 où l’attend un défi difficile, vendredi sur la pelouse de Monaco (20h45).

“Evidemment qu‘à la reprise de l’entraînement en début de semaine, j’ai parlé avec mon groupe sur ce qui s‘était passé samedi soir. En essayant de libérer la parole pour faire en sorte que tout le monde puisse évacuer la déception, ou la colère, ou les craintes, ou la peur. J’ai trouvé mes joueurs très peu bavards…”, a révélé l’entraîneur nordiste Christophe Galtier.

“Mais ensuite je les ai trouvés très actifs sur le terrain. Après on n’en a plus parlé car il fallait passer à autre chose, ce match à Monaco. D’un point de vue psychologique, tout le monde est apte. C’est bien, et il le faut”, a-t-il insisté.

- “on a vite fait abstraction” –

“Ca va mieux. Forcément, le lendemain on a reparlé de ce qui s’est passé. Mais on a vite fait abstraction de tout ça pour se remettre au boulot”, a corroboré le milieu de terrain Yassine Benzia.

Les Dogues, 19e et avant-derniers du championnat, à une longueur de Toulouse, le premier non relégable, ont en effet un besoin impérieux de points pour mener à bien leur opération maintien.

Mais la rencontre sur la pelouse du champion de France en titre, qui reste sur 10 victoires et 4 nuls en L1, semble tomber plutôt mal.

“On va chez un archi favori et il y a un écart incroyable entre les deux équipes. Il vaut mieux que notre prochain match soit à l’extérieur”, estime pourtant Galtier.

La Ligue de football professionnel (LFP) a condamné “fermement les débordements” des supporters de Lille et a annoncé que ce dossier serait mis en instruction dès jeudi soir devant ses instances disciplinaires.

Le Losc, qui va dépêcher jeudi à Paris son directeur général Marc Ingla, ainsi que Bruno Chapel et Julien Mordacq, respectivement directeur de la sécurité et directeur juridique, attend fébrilement que le couperet tombe.

Le stade Pierre-Mauroy encourt une suspension à titre conservatoire le temps de l’instruction (en général trois semaines) avant des sanctions qui peuvent prendre la forme de match perdu, avec éventuellement d’autres matches à disputer sur terrain neutre et/ou à huis clos.

- Galtier appelle à la clémence –

Galtier a, lui, appelé à la clémence: “Je suis entraîneur, pas juriste. Mais à partir du moment où le club a tout mis en oeuvre pour que la sécurité soit bien faite autour et dans le stade, pour éviter que ça se renouvelle et que les responsables sont identifiés…”

Jeudi, neuf personnes ont ainsi été placées en garde à vue à Lille pour “entrée sur une aire de jeux portant atteinte à la sécurité des biens et des personnes” et “provocation à la haine ou à la violence lors d’une manifestation sportive”, a affirmé le parquet.

“J’ose espérer qu’on n’ira pas jusqu’au retrait de points. Mais il y aura des sanctions, la Ligue ne laissera pas passer ça. Je ne voudrais pas que l’on fasse de ce qui s’est passé chez nous un exemple”, a plaidé le technicien lillois.

En attendant, sur le rectangle vert, la tâche des Lillois s’annonce très compliquée face à la puissance offensive de Monaco, qui retrouvera son attaquant colombien Radamel Falcao et compte bien conforter sa place de dauphin du Paris SG.

“Il faudra être plus solide, plus agressif et se parler plus”, liste Benzia.

Au stade Louis-II, la pression des supporters ne devrait, comme d’habitude, pas être très élevée. Le Losc devrait donc retrouver un peu de sérénité côté tribunes, et c’est déjà un bon début…

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2018 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2018 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.