DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Nucléaire iranien: réunion à Vienne sur l'accord menacé par Trump

Vous lisez:

Nucléaire iranien: réunion à Vienne sur l'accord menacé par Trump

Nucléaire iranien: réunion à Vienne sur l'accord menacé par Trump
Taille du texte Aa Aa

L’Iran et les grandes puissances étaient réunis vendredi à Vienne pour faire le point sur l’accord nucléaire conclu en 2015, un texte soumis aux critiques virulentes du président américain Donald Trump et qui n’a jamais semblé aussi menacé.

Cette réunion trimestrielle passe en revue l’accord entré en vigueur en janvier 2016 et destiné à garantir le caractère strictement pacifique du programme nucléaire iranien en échange d’une levée des sanctions internationales.

Elle intervient dans un contexte très sensible où Donald Trump doit annoncer le 12 mai si, comme il l’a laissé entendre, son pays sort de l’accord et rétablit le régime de sanctions contre la République islamique.

Le limogeage mardi du secrétaire d‘État américain Rex Tillerson, qui plaidait pour que les États-Unis continuent d’adhérer à ce texte historique, renforce les incertitudes. Son successeur Mike Pompeo, jusqu’alors directeur de l’Agence centrale du renseignement américaine (CIA), est partisan d’une ligne dure face à l’Iran.

La réunion de Vienne met en présence les directeurs politiques de l’Iran et des grandes puissances (États-Unis, Russie, Chine, France, Royaume-Uni et Allemagne) qui avaient négocié l’accord signé dans la capitale autrichienne.

Le président américain a posé un ultimatum à ses alliés européens pour qu’ils s’entendent avec l’Iran afin de “remédier aux terribles lacunes” du texte. Il réclame davantage d’inspections et, surtout, la suppression des limitations dans le temps imposées à Téhéran sur son activité nucléaire, censées expirer en 2025 et 2030.

Les autres signataires considèrent le texte comme une victoire historique pour la non-prolifération nucléaire après plus de dix ans de tensions.

Présent vendredi à Vienne, le directeur de la stratégie de M. Tillerson, Brian Hook, a rencontré jeudi à Berlin des responsables français, britanniques et allemands pour discuter des ajouts au texte originel, ont indiqué à l’AFP des sources au département d‘État.

Téhéran répète inlassablement qu’il est hors de question de changer une virgule du texte. L’Iran affirme n’avoir jamais cherché à se doter de l’arme atomique, mais a averti que le pays pourrait rapidement reprendre ses activités d’enrichissement d’uranium si l’accord était abandonné.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2018 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2018 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.