DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

UE: le nombre de demandes d'asile presque divisé par deux en 2017

Vous lisez:

UE: le nombre de demandes d'asile presque divisé par deux en 2017

UE: le nombre de demandes d'asile presque divisé par deux en 2017
Taille du texte Aa Aa

Les pays de l’UE ont enregistré 650.000 demandes d’asile en 2017, soit quasiment la moitié du nombre observé l’année précédente, selon des chiffres publiés mardi par l’Office européen de statistiques Eurostat.

“Les Syriens (102.400 primo-demandeurs d’asile), les Irakiens (47.500) et les Afghans (43.600) étaient toujours en 2017 les trois principales nationalités des personnes sollicitant une protection internationale dans les Etats membres de l’UE”, a précisé Eurostat.

L’Allemagne, avec un peu plus de 198.000 demandes enregistrées, “a reçu 31% de l’ensemble des primo-demandeurs d’asile dans les Etats membres de l’UE”, devant l’Italie (126.600, soit 20%), la France (91.100, 14%), la Grèce (57.000, 9%), le Royaume-Uni (33.300, 5%) et l’Espagne (30.400, 5%, quasiment le double des demandes enregistrées en 2016).

Le nombre total enregistré dans l’UE en 2017 s’est rapproché du niveau observé en 2014 (563.000), l’année précédant l’afflux massif de demandeurs tentant de rejoindre l’UE par la mer Egée via la Turquie, principalement des Syriens fuyant la guerre qui fait toujours rage dans leur pays.

En 2015, les pays de l’UE avaient connu le niveau le plus élevé jamais atteint, avec près de 1,26 million de primo-demandeurs d’asile enregistrés. Le nombre de premières demandes enregistrées s‘était ensuite maintenu à un niveau comparable en 2016, à près de 1,2 million.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2018 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2018 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.