DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Ex-espion empoisonné: 2 à 3 semaines pour analyser les échantillons (OIAC)

Vous lisez:

Ex-espion empoisonné: 2 à 3 semaines pour analyser les échantillons (OIAC)

Ex-espion empoisonné: 2 à 3 semaines pour analyser les échantillons (OIAC)
Taille du texte Aa Aa

L’Organisation pour l’interdiction des armes chimiques (OIAC) a besoin de “deux à trois semaines” pour achever d’analyser les échantillons qu’elle a prélevés en Angleterre, afin d‘élucider l’empoisonnement de l’ex-espion russe Sergueï Skripal, a-t-elle indiqué mardi à New York.

Les échantillons, prélevés par des experts de l’OIAC arrivés lundi au Royaume-Uni, doivent être envoyés dans le laboratoire principal de l’organisation, à La Haye aux Pays-Bas, puis dans d’autres laboratoires spécifiques, a précisé le directeur général de l’organisation Ahmet Üzümcü.

Il faudra “encore deux à trois semaines pour achever l’analyse”, a dit M. Üzümcü devant la presse à l’ONU.

Le chef de l’OIAC a indiqué ne pas vouloir préjuger du résultat de ce travail, et n’a donc pas voulu se prononcer sur l‘éventualité que les analyses puissent prouver ou non la présence de l’agent chimique Novitchok, qui aurait été développé en Russie.

M. Üzümcü s’exprimait depuis New York où il est venu informer le Conseil de sécurité des Nations unies – réuni à huis clos – sur l’usage d’armes chimiques en Syrie.

Une crise diplomatique d’ampleur a éclaté entre le Royaume-Uni et la Russie depuis que Londres accuse Moscou d‘être responsable de l’attaque à l’agent innervant contre l’ex-agent double Sergueï Skripal et sa fille Ioulia, à Salisbury dans le sud-ouest de l’Angleterre, le 4 mars.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2018 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2018 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.