DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Nouvelle-Zélande: Kim Dotcom échoue à mêler Obama à son combat contre l'extradition

Vous lisez:

Nouvelle-Zélande: Kim Dotcom échoue à mêler Obama à son combat contre l'extradition

Nouvelle-Zélande: Kim Dotcom échoue à mêler Obama à son combat contre l'extradition
Taille du texte Aa Aa

Le fondateur du site de téléchargement Megaupload Kim Dotcom a échoué mercredi dans une tentative pour mêler l’ancien président américain Barack Obama à sa longue bataille judiciaire contre son extradition aux Etats-Unis où il est accusé de piratage.

La Haute cour a rejeté une requête du flamboyant géant allemand dont le vrai nom est Kim Schmitz, qui voulait forcer M. Obama à témoigner, estimant qu’elle était fondée sur des on dit et “au mieux sur des spéculations”.

“Je refuse d’exercer mon pouvoir discrétionnaire et d‘émettre une injonction à comparaître” contre M. Obama, a dit le juge Geoffrey Venning.

L’ancien président américain effectue une visite de trois jours en Nouvelle-Zélande centrée sur des événements organisés par le New Zealand-US Council, qui promeut les échanges entre les deux pays.

Kim Dotcom affirme que les poursuites contre lui ont été orchestrées par l’administration de l’ancien président pour faire plaisir aux puissants d’Hollywood.

Kim Dotcom lutte contre son extradition depuis que la police néo-zélandaise avait mené en 2012 un spectaculaire raid matinal à “Dotcom Mansion”, sa somptueuse propriété à Auckland. L’affaire est actuellement pendante devant la Cour d’appel après deux jugements en sa défaveur.

Le département américain de la Justice et le FBI l’accusent d’avoir organisé un pillage en ligne à grande échelle grâce à Megaupload, son emblématique plateforme de téléchargement direct, qui a été fermée par la justice américaine.

En cas d’extradition et de condamnation aux Etats-Unis, il encourt 20 ans de prison.

La défense de Kim Dotcom avait fait valoir que le témoignage de M. Obama pouvait convaincre la Cour d’appel de trancher en sa faveur.

Le juge n’est pas de cet avis. “Au vu du matériel présenté à la Cour, je ne suis pas convaincu que le témoignage de M. Obama serait pertinent”.

Megaupload fut un des premiers exemples de “cloud computing” (informatique en nuage), des utilisateurs pouvant mettre en ligne des fichiers stockés sur des serveurs qui devenaient facilement disponibles pour le téléchargement par d’autres internautes.

Kim Dotcom et trois co-accusés sont soupçonnés par le FBI d’avoir tiré de leurs activités 175 millions de dollars de bénéfices illégaux et causé plus d’un demi-milliard de dollars de pertes aux ayants-droit des oeuvres musicales, films et autres produits piratés.

Recherché pour fraude, racket et blanchiment, Kim Dotcom se défend de toute infraction, en se présentant comme un entrepreneur du net.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2018 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2018 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.