DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Expulsion de diplomates russes: Moscou dénonce une "provocation"

Vous lisez:

Expulsion de diplomates russes: Moscou dénonce une "provocation"

Expulsion de diplomates russes: Moscou dénonce une "provocation"
Taille du texte Aa Aa

La Russie a dénoncé lundi une “provocation” après l’annonce par plusieurs pays de l’UE, les Etats-Unis et le Canada de l’expulsion de diplomates russes en raison de l’affaire Skripal et promis d’y riposter.

“Nous protestons fermement contre la décision de plusieurs pays de l’UE et de l’Otan d’expulser des diplomates russes”, a déclaré le ministère russe des Affaires étrangères dans un communiqué.

“Ce geste provocateur de prétendue solidarité avec Londres (…) témoigne de la poursuite d’une ligne de confrontation visant à aggraver la situation”, souligne le ministère.

Les Etats-Unis, le Canada, ainsi que plusieurs pays de l’UE, parmi lesquels l’Allemagne, la France, les Pays-Bas et la Pologne, ont annoncé lundi expulser des diplomates russes après l’empoisonnement en Grande-Bretagne de l’ex-espion russe Sergueï Skripal et de sa fille, imputé par Londres à Moscou.

La Russie clame son innocence depuis le début de cette affaire.

“Nous regrettons cette décision qu’ils expliquent par la prétendue affaire Skripal. Nous l’avons déjà dit et nous le répétons : la Russie n’a jamais eu et n’a rien à voir avec cette affaire”, a réaffirmé le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, cité par l’agence de presse officielle TASS.

“Naturellement, nous serons guidés, comme par le passé, par le principe de réciprocité”, a-t-il assuré.

Les pays ayant opté pour l’expulsion de diplomates russes “se sont laissés guider par Londres sans se donner la peine de comprendre (…) ce qui s’est passé”, a estimé pour sa part la diplomatie russe, dénonçant une nouvelle fois des “accusations gratuites” à l’encontre de Moscou et une approche “partiale et hypocrite” des autorités britanniques.

Les alliés de la Grande-Bretagne “suivent aveuglement le principe de l’unité euro-atlantique au détriment du bon sens, des normes d’un dialogue civilisé entre Etats et des principes du droit international”, a accusé le ministère russe des Affaires étrangères.

“Il va sans dire que cette mesure inamicale ne restera pas sans conséquences et que nous allons forcément y répondre”, a-t-il souligné.

Les autorités britanniques ont désigné Moscou en tant que responsable de l’empoisonnement de Sergueï Skripal et de sa fille Ioulia, le 4 mars, à Salisbury, en Grande-Bretagne, et ont annoncé dans la foulée l’expulsion de 23 diplomates russes et le gel des relations bilatérales.

En représailles, la Russie a ordonné l’expulsion de diplomates britanniques et la fin des activités du British Council sur son territoire.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2018 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2018 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.