DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Malaisie : début du procès pour corruption d'un des chefs de l'opposition

Vous lisez:

Malaisie : début du procès pour corruption d'un des chefs de l'opposition

Malaisie : début du procès pour corruption d'un des chefs de l'opposition
Taille du texte Aa Aa

Un des chefs de l’opposition malaisienne est jugé pour corruption depuis lundi, un procès que l’opposition qualifie de politique, à l’approche des élections.

M. Lim Guan Eng, le chef du gouvernement de l’Etat de Penang depuis 2008 et qui dirige depuis 2004 le Parti de l’action démocratique (PAD, opposition), est notamment accusé d’avoir acheté une maison à un prix inférieur à celui du marché. Il risque 20 ans de prison.

Il comparaît devant la Haute Cour de l’Etat de Penang devant laquelle ses partisans ont scandé lundi “Soutien à Guan Eng !” et “arrêtez Najib !”.

L’opposition accuse le Premier ministre malaisien Najib Razak d’avoir détourné des milliards de dollars au détriment du fonds souverain 1MDB, dans lequel il est impliqué, ce que les intéressés démentent.

1MDB a été créé par Najib Razak à son arrivée au pouvoir, en 2009, pour moderniser la Malaisie. Ce fonds souverain est endetté aujourd’hui à hauteur de 10 milliards d’euros. Outre la Malaisie, le scandale fait également l’objet d’enquêtes à Singapour, en Suisse et aux Etats-Unis.

Le PAD dirigé par M. Lim est l’un des quatre partis de la coalition de l’opposition baptisée le Pacte de l’Espoir.

La coalition a désigné l’ancien Premier ministre malaisien Mahathir Mohamad, âgé de 92 ans, pour être leur candidat aux prochaines élections qui doivent avoir lieu en août.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2018 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2018 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.