DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Souvenirs de Ryder Cup: pour Thomas Levet, c'est "comme participer à la finale des JO"

Vous lisez:

Souvenirs de Ryder Cup: pour Thomas Levet, c'est "comme participer à la finale des JO"

Souvenirs de Ryder Cup: pour Thomas Levet, c'est "comme participer à la finale des JO"
Taille du texte Aa Aa

Thomas Levet, premier Français vainqueur de l‘épreuve en 2004 disputée aux Etats-Unis (Michigan), partage avec l’AFP ses meilleurs souvenirs de Ryder Cup, à six mois de l‘édition 2018 qui aura lieu en France, au Golf national (Saint-Quentin-en-Yvelines), du 28 au 30 septembre:

“Les meilleurs souvenirs de Ryder Cup, c’est déjà le moment où l’on se qualifie. Au départ, beaucoup de joueurs sont dans le coup mais il faut faire une saison exceptionnelle et avoir la chance de gagner de gros tournois pour en être. Je me qualifie quand je gagne l’Open d’Ecosse et qu’ensuite je joue très bien au British Open. C’est déjà une grosse émotion.”

“Ensuite, ça a été le moment où j’ai essayé les tenues de l‘équipe. J’habitais l’Angleterre à ce moment-là et j’allais chez le tailleur pour les essayer. Toute la rue était au courant que l‘équipe de Ryder Cup allait passer par là et donc le boucher, le fleuriste, le boulanger sortaient de leurs magasins pour nous donner des trucs. Trois kilos de viande, par exemple, qu’on m’a donnés !

“Là-bas, c’est une autre ampleur que ce qu’on connaît en France. Heureusement que la Ryder Cup va arriver en 2018, parce que les Français ne savent pas l’ampleur que c’est.”

“Faire la Ryder Cup, c’est comme participer directement à la finale des Jeux Olympiques sans passer par les qualifications. Quand on entre dans le truc, on est déjà dans le vif du sujet. C’est le plus gros tournoi possible, le niveau le plus haut à atteindre en équipe en golf. La Ryder Cup, c’est vraiment le Graal.”

“Pendant le tournoi, l’ambiance qu’il y a… Pour la première fois de ta carrière, à part en équipe nationale où il y a un peu d’ambiance, le public prend vraiment partie pour un joueur ou un autre et ça pousse à des performances incroyables.”

“Après la victoire, c’est du soulagement, parce que c’est tellement compliqué, tellement dur… On avait pratiquement partie gagnée avant le dernier jour et les Américains nous sont remontés dessus en une heure et demie le dimanche, sur les dix heures de jeu qu’il y allait avoir. C‘était beaucoup de pression, beaucoup d’ambiance.”

“Puis, tout d’un coup, les parties se sont rééquilibrées, on a pris l’ascendant et on les a écrasés. L’année où j’ai joué, on a vraiment écrasé l’Amérique, donc il y avait du soulagement mais aussi de la fierté d’avoir rempli la mission qu’avait imaginée le capitaine.”

Propos recueillis par Raphaëlle Peltier

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2018 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2018 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.