DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Scandale du cricket australien: excuses et larmes du vice-capitaine

Vous lisez:

Scandale du cricket australien: excuses et larmes du vice-capitaine

Scandale du cricket australien: excuses et larmes du vice-capitaine
Taille du texte Aa Aa

Le vice-capitaine de l‘équipe australienne de cricket David Warner a fondu en larmes samedi en présentant ses excuses pour son rôle dans le retentissant scandale de balle trafiquée qui a traumatisé le pays.

Warner a déclaré également qu’il comptait faire appel de la suspension de 12 mois qui lui a été infligée en même temps qu’au capitaine de l‘équipe Steve Smith, tous deux étant également privés de leur capitanat.

Leur coéquipier Cameron Bancroft s’est vu lui infliger neuf mois de suspension par Cricket Australia (CA), l’autorité de ce sport qui se pratique avec des balles, des battes et des guichets.

Pendant le troisième test match contre l’Afrique du Sud samedi, Bancroft s’est servi de papier de verre pour gratter illégalement la balle, de façon à en modifier la trajectoire et rendre le travail du batteur adverse plus difficile, a conclu l’enquête de CA.

Il avait ensuite assez comiquement tenté de cacher l’objet du délit en le fourrant dans son pantalon.

David Warner, 31 ans, a déclaré samedi lors d’une conférence de presse qu’il avait conscience qu’il ne jouerait plus jamais pour son pays. Il a refusé de dire qui était au courant de la basse manoeuvre qui a “déshonoré” une discipline censée être un sport de gentlemen et s’il y avait eu des précédents.

“Je peux en toute honnêteté affirmer que ma seule préoccupation a été d’apporter la gloire à mon pays en jouant au cricket”, a-t-il dit.

Ses excuses et ses larmes ont suivi celles de Steve Smith qui a endossé jeudi “l’entière responsabilité” du scandale de la balle trafiquée.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2018 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2018 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.