DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Masters d'Augusta: Spieth s'envole, Woods plafonne

Vous lisez:

Masters d'Augusta: Spieth s'envole, Woods plafonne

Masters d'Augusta: Spieth s'envole, Woods plafonne
Taille du texte Aa Aa

L’Américain Jordan Spieth a écoeuré la concurrence jeudi lors du 1er tour du Masters d’Augusta (Géorgie), tandis que son compatriote Tiger Woods est relégué à la 29e place pour son retour dans l‘épreuve après trois années d’absence.

Avec un eagle et sept birdies, dont cinq consécutifs entre les trous N.13 et N.17, Spieth, 24 ans, a pris le large dans le premier tournoi du Grand Chelem de l’année.

Avec sa carte de 66 (-6), le Texan, vainqueur de l‘épreuve en 2015, compte deux coups d’avance sur ses premiers poursuivants, ses compatriotes Tony Finau et Matt Kuchar (68, -4).

“Cela fait du bien de réussir un premier tour comme celui-ci, j’ai bien putté, mais j’aurais pu mieux faire dans ce domaine”, a souligné Spieth, vainqueur du dernier British Open.

Mais l’ancien N.1 mondial ne s’emballe pas: il connaît mieux que quiconque la difficulté de l‘épreuve, puisqu’en 2016, il avait dilapidé une avance de cinq coups à neuf trous de la fin pour laisser le titre à l’Anglais Danny Willett.

“On a l’impression que cela se passe sur six tours tellement le week-end est éprouvant. Je reste calme, j’ai juste réussi un bon premier tour”, a-t-il souligné.

“Je serai toujours hanté par mes démons sur la deuxième partie du parcours et en même temps, j’ai en moi la confiance d’avoir déjà gagné ici”, a insisté Spieth.

Il faut descendre à la 4e place pour trouver le premier des favoris, le Nord-Irlandais Rory McIlroy (69, -3), tandis que l’Américain Phil Mickelson est 11e (70, -2) et que le N.1 mondial Dustin Johnson partage la 29e place avec Woods (73, +1).

- Le cauchemar de Garcia –

Pour son retour à Augusta après avoir manqué les éditions 2016 et 2017 sur blessure, Woods est, de loin, le joueur le plus suivi.

A 42 ans, après quatre opérations du dos entre 2014 et 2017, le “Tigre” a savouré son retour sur un parcours où il a été sacré à quatre reprises.

“C’est extraordinaire, le public m’a accueilli avec une standing ovation quand je suis arrivé pour m‘échauffer, j’ai senti que les gens étaient contents”, a expliqué Woods.

“Une carte de 73, ce n’est pas mal, cela aurait pu être pire, je me suis battu et je suis toujours à la lutte” pour la victoire finale, a-t-il estimé.

L’ancien N.1 mondial, désormais 103e, a connu notamment des difficultés sur les par 5 où il n’a pas réussi à grappiller un seul coup.

Il a enchaîné deux bogeys aux trous N.4 et N.5 et a égaré sa balle dans l’eau sur le trou n.12, mais a sauvé un bogey grâce à un putt de huit mètres.

“Je n’ai pas très bien joué les par 5, il y avait trop de vent, avec beaucoup de changements de direction”, a-t-il admis.

Mais Woods se croit encore dans le coup: “Avec un parcours comme celui-ci, on va voir beaucoup de candidats (à la victoire finale) jusqu’au bout”, a prédit le joueur aux 14 titres du Grand Chelem.

L’Espagnol Sergio Garcia a, lui, perdu tout espoir de conserver son titre après le trou N.15 qu’il a bouclé en… 13 coups avec un rarissime octuple bogey.

“J’ai eu le sentiment de réussir des bons coups, mais la balle ne s’arrêtait jamais (de rouler sur les greens)”, a-t-il regretté.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2018 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2018 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.