DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Italie: Naples maintient le suspense in extremis

Vous lisez:

Italie: Naples maintient le suspense in extremis

Italie: Naples maintient le suspense in extremis
Taille du texte Aa Aa

Naples est passé tout près de la catastrophe dimanche lors de la 31e journée du championnat d’Italie mais a fini par battre le Chievo Vérone 2-1, ce qui lui permet de garder l’espoir de rattraper la Juventus Turin, toujours leader avec quatre points d’avance.

Le match était fini ou presque, et avec lui toute la saison de Serie A. Mené 1-0 par le modeste Chievo Vérone, Naples n’y arrivait pas, le public sifflait et Lorenzo Insigne s‘énervait contre ses propres tifosi.

A la 89e minute, la Juventus, victorieuse de Benevento (4-2) samedi, comptait virtuellement sept longueurs d’avance à sept journées de la fin, autant dire un gouffre, et un septième scudetto consécutif semblait promis aux bianconeri.

Mais il y a eu un miracle au San Paolo. Insigne a d’abord trouvé Milik au bout d’une longue et superbe ouverture. La tête du Polonais a fait mouche et Naples a marqué, enfin, après une barre touchée par Tonnelli et un penalty de Mertens repoussé par Sorrentino.

A 1-1, le matelas de six points en faveur de la Juve restait très confortable. A quatre, et avec encore un choc à venir le 22 avril entre les deux prétendants, il l’est un peu moins. Car dans les toutes dernières secondes du temps additionnel, Diawara a mis sa frappe enroulée hors de portée du gardien du Chievo et offert un succès inespéré à son équipe.

Grâce à deux remplaçants habituels, Naples reste donc en vie. Mais ses difficultés actuelles restent criantes et la Juventus est naturellement favorite.

- Occasion manquée –

Malgré de nombreuses occasions très nettes, l’Inter Milan a de son côté été battue 1-0 sur le terrain du Torino, et n’a ainsi pas su profiter du faux pas samedi de l’AS Rome pour remonter sur le podium.

En panne totale d’efficacité, la Roma et l’Inter ont vécu des matches assez similaires, où tout a semblé aller contre elles, même si les Milanais ont tout de même laissé une meilleure impression.

Après la défaite des Romains samedi face à la Fiorentina (2-0), un succès dimanche aurait permis aux nerazzurri de reprendre la troisième place.

Mais au bout d’un match extrêmement spectaculaire, les hommes de Luciano Spalletti sont repartis sans rien et restent à une longueur de la Roma.

Pire, leur quatrième place se retrouve désormais sous la menace de la Lazio Rome, qui reviendra dans le Top 4, qualificatif pour la Ligue des Champions, en cas de victoire sur la pelouse de l’Udinese (18h00/16h00 GMT).

L’Inter a touché les poteaux par deux fois, a multiplié les corners et les tirs, a même fait entrer le défenseur central Ranocchia en position d’avant-centre, a vu Nkoulou dégager un ballon sur sa ligne et surtout Sirigu multiplier les arrêts.

“Il y a des moments où le ballon ne veut pas entrer, même à coups de canon”, a résumé l’entraîneur milanais Luciano Spalletti.

Mais le gardien milanais Handanovic a lui aussi été très bon, avec notamment une parade superbe sur un retourné de De Silvestri. Et au bout du compte, le but inscrit par Ljajic à la 36e minute de jeu a suffi au Torino, qui reste néanmoins 10e.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2018 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2018 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.