DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

"Une honte!": Colère de Trump après une perquisition chez son avocat

Vous lisez:

"Une honte!": Colère de Trump après une perquisition chez son avocat

"Une honte!": Colère de Trump après une perquisition chez son avocat
Taille du texte Aa Aa

Donald Trump a laissé éclater sa colère lundi à l’annonce d’une perquisition du FBI dans les bureaux de Michael Cohen, son avocat personnel et l’homme qui a payé une actrice de films X pour taire une liaison présumée avec le président.

“C’est une honte! C’est une véritable honte! C’est une attaque contre notre pays”, a tempêté le président américain en présence des principaux dirigeants militaires des Etats-Unis réunis à la Maison Blanche pour évoquer le dossier syrien.

Cette spectaculaire perquisition a été lancée “en partie à la demande” du procureur spécial Robert Mueller qui enquête sur l’ingérence russe dans l‘élection présidentielle américaine, selon l’avocat de M. Cohen, Stephen Ryan.

“Nous parlons de Syrie, nous parlons de choses sérieuses, et j’ai cette chasse aux sorcières (…) depuis plus de 12 mois, vous pouvez même dire qu’elle a commencé le jour où j’ai gagné la nomination”, a poursuivi le président septuagénaire.

De son côté, l’avocat de Michael Cohen a dénoncé une perquisition “inappropriée et inutile” qui a eu pour conséquence “la saisie inutile de communications confidentielles avocat-client” par la police fédérale.

Fidèle défenseur de Donald Trump, Michael Cohen a passé plusieurs années en tant qu’avocat principal de la Trump Organization, le groupe new-yorkais du milliardaire désormais géré par ses proches, et a été l’un des porte-parole de sa campagne présidentielle.

- Menaces de mort –

Selon les médias américains, les documents saisis ont également trait au dossier Stormy Daniels, l’actrice de films pornographiques.

De son vrai nom Stephanie Clifford, elle affirme avoir eu une liaison avec le magnat de l’immobilier en 2006. A l‘époque M. Trump était déjà marié avec son épouse actuelle, Melania.

Michael Cohen a admis en janvier avoir versé 130.000 dollars à l’actrice dans le cadre d’un accord de confidentialité, quelques jours avant le scrutin présidentiel. Il a assuré que cette somme venait de ses fonds propres et non de l’argent de la campagne.

M. Trump a assuré la semaine dernière ne pas être au courant de ce versement d’argent. L’actrice a récemment porté plainte pour faire invalider cet accord de confidentialité, estimant qu’il était nul puisque M. Trump ne l’avait pas signé.

Le Washington Post, citant une source proche de l’affaire, affirme que M. Cohen est soupçonné de fraude bancaire et de violations des règles sur le financement électoral.

L’avocat de l’actrice porno, Michael Avenatti, a salué sur Twitter lundi le “courage et la force de ma cliente Stormy Daniels ainsi que sa famille ces six dernières semaines. Il faut des gens hors du commun pour supporter les menaces de mort, le tumulte et les attaques personnelles”.

De son côté le député démocrate Adam Schiff, membre de la commission sur le renseignement de la Chambre des représentants, a twitté que “le mandat de perquisition pour le bureau de Michael Cohen a été demandé par un procureur nommé par le président et approuvé par un juge. Ce n’est pas une chasse aux sorcières. C’est la loi”.

- “Choses horribles” –

Au-delà de cette perquisition, M. Trump a laissé éclater son exaspération face à l’enquête de Robert Mueller dans laquelle plusieurs membres de son équipe de campagne ont été inculpés.

Ouverte en mai 2017, elle tente d‘établir l’existence d’une éventuelle collusion entre l‘équipe de campagne de M. Trump et Moscou. Elle vise aussi à déterminer si le 45e président des Etats-Unis s’est rendu coupable d’obstruction à la justice.

“Ce sont les gens les plus biaisés qui soit”, a lancé M. Trump, reprenant des accusations déjà portées par le passé par la Maison Blanche et certains élus républicains contre l‘équipe du procureur spécial.

“Ils ne cherchent pas à enquêter sur Hillary Clinton, les choses horribles qu’elle a faites et tous les crimes commis”, a-t-il poursuivi, sans plus de détails.

Le New York Times affirme lundi, citant trois sources proches du dossier, que Robert Mueller examine un paiement de 150.000 dollars d’un magnat ukrainien de l’acier à la fondation Trump pour une allocution de 20 minutes par vidéo lors d’une conférence à Kiev en septembre 2015.

“Le ministre de la Justice (Jeff Sessions) a fait une erreur terrible lorsqu’il s’est récusé”, a encore lancé le président américain lundi, évoquant la décision de celui qui fut un allié de la première heure dans la course à la Maison Blanche et à qui il reproche de ne pas avoir gardé la main sur l’enquête russe.

Trump envisage-t-il de limoger Robert Mueller ? “Nous verrons ce qui va se passer (…) Beaucoup de gens ont dit: Vous devriez le limoger“, a-t-il botté en touche.

“Tandis que Trump évoque d‘écarter Mueller, tous les membres (du Congrès) doivent élever la voix – ou arrêter de feindre leur dévotion à la Constitution”, a pour sa part répliqué Adam Schiff.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2018 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2018 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.