DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Connexion boursière Londres-Shanghai: la Chine vise un démarrage cette année

Vous lisez:

Connexion boursière Londres-Shanghai: la Chine vise un démarrage cette année

Connexion boursière Londres-Shanghai: la Chine vise un démarrage cette année
Taille du texte Aa Aa

La Chine entend lancer dès cette année une plateforme d‘échanges connectant les Bourses de Londres et Shanghai, tout en quadruplant le quota autorisé des échanges boursiers entre les places chinoises et Hong Kong, alors que Pékin affiche sa volonté d’ouverture des marchés financiers.

A l’heure où le Royaume-Uni s’efforce de préserver l’attractivité de la City en vue de l’après-Brexit, la plateforme Londres-Shanghai doit permettre aux investisseurs chinois d‘échanger des titres cotés sur la place britannique, tandis que des investisseurs étrangers pourront avoir accès, via Londres, à la place boursière shanghaïenne.

“Grâce aux efforts des deux pays, il y a actuellement de bonnes avancées et nous nous efforcerons de lancer (la plateforme) en 2018”, a indiqué Yi Gang, gouverneur de la banque centrale chinoise (PBOC), selon des propos rapportés par l’agence Chine nouvelle.

Il s’exprimait devant le Forum de Boao pour l’Asie, le “Davos chinois”, multipliant les précisions sur les réformes d’ouverture du secteur financier chinois aux investisseurs étrangers —et ce dans un climat de vive tensions commerciales entre Pékin et Washington.

“Nous travaillerons dur avec le Royaume-Uni pour un lancement cette année”, une “décision cruciale” pour “témoigner de notre confiance inébranlable dans l’ouverture”, a confirmé mercredi dans un communiqué l’Autorité chinoise de régulation des marchés boursiers (CSRC).

Le régime communiste avait déjà entrouvert ses marchés d’actions en lançant en 2014 et 2016 deux plateformes connectant les places de Shanghai et de Shenzhen à la Bourse de Hong Kong.

Ces mécanismes permettaient pour la première fois aux investisseurs de l’ex-colonie britannique d’avoir accès aux places chinoises — lesquelles, du fait des restrictions maintenues par Pékin sur les mouvements de capitaux, demeurent très isolées du reste du monde.

La liste des titres accessibles de part et d’autre reste néanmoins strictement encadrée et le volume des transactions transfrontalières via ces deux plateformes d‘échanges demeure soumis à des quotas — mais ceux-ci vont être drastiquement élargis, a annoncé mercredi la CSRC.

Un total de 94 milliards de yuans (12,1 milliards d’euros) de transactions dans les deux sens seront autorisées quotidiennement sur chacune des plateformes à partir du 1er mai, contre à peine 23 milliards précédemment.

Pour autant, les quotas actuels restent très incomplètement utilisés et l’appétit des investisseurs étrangers est resté beaucoup plus faible qu’attendu.

De fait, les Bourses chinoises traînent une réputation de casino aux fréquentes flambées spéculatives, tout en faisant l’objet d’interventions régulières des autorités — tandis que l’encadrement étroit de la convertibilité du yuan complique la donne.

La société américaine MSCI avait néanmoins décidé en juin 2017 d’inclure quelque 200 actions chinoises dans son indice des pays émergents, une décision susceptible d’intensifier l’intérêt des fonds d’investissement étrangers pour les Bourses locales.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2018 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2018 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.