DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Chine: ouverture du procès d'un haut responsable du Parti communiste

Vous lisez:

Chine: ouverture du procès d'un haut responsable du Parti communiste

Chine: ouverture du procès d'un haut responsable du Parti communiste
Taille du texte Aa Aa

Le procès de Sun Zhengcai, le plus haut dirigeant chinois à tomber depuis cinq ans, s’est ouvert jeudi, dernier rebondissement en date de la campagne du président Xi Jinping contre la corruption.

Sun Zhengcai, une ancienne étoile montante du Parti communiste chinois (PCC), avait un temps été considéré comme un dauphin possible de Xi Jinping. Son procès a débuté jeudi matin à Tianjin (nord), devant le tribunal intermédiaire numéro un de la ville, a annoncé la cour sur les réseaux sociaux.

L’audience se déroule en présence de plus de 130 personnes, y compris des hauts responsables politiques et des médias, a précisé le tribunal.

Sun Zhengcai “doit être tenu pour pénalement responsable d’avoir recherché des faveurs pour des tiers et d’avoir illégalement accepté d‘énormes sommes d’argent pour lui-même”, avait annoncé la justice en février dernier lors de son inculpation.

Sa chute avait été révélée en juillet lorsque les médias officiels avaient rendu publique l’ouverture d’une enquête interne à son encontre au sein du Parti. La justice avait ensuite annoncé en décembre avoir ouvert sa propre enquête.

Sun Zhengcai était membre du groupe des 25 personnes les plus puissantes de Chine, le Bureau politique du PCC. Il a été démis de ses fonctions de chef du Parti dans la municipalité géante de Chongqing (sud-ouest).

C’est le plus haut dirigeant chinois à tomber pour corruption depuis Bo Xilai, ex-rival potentiel de Xi Jinping, condamné en 2013 à la prison à perpétuité.

M. Sun avait été précisément été nommé à Chongqing pour y faire le ménage après le règne de Bo Xilai.

La campagne contre la corruption engagée par le président Xi depuis son arrivée au pouvoir fin 2012 bat toujours son plein: celle-ci a provoqué la chute de plus d’un million et demi de cadres, selon un chiffre officiel. Mais certains soupçonnent l’homme fort du régime d’y recourir pour frapper ses adversaires politiques.

En octobre, la Commission d’inspection disciplinaire du PCC avait accusé Sun Zhengcai d’avoir été impliqué dans un “complot” dont la nature n’avait pas été précisée, en compagnie de deux autres ex-dirigeants déjà condamnés et emprisonnés: Zhou Yongkang, l’ex-chef des puissants services de sécurité, et Ling Jihua, ancien chef de cabinet de l’ex-président Hu Jintao.m

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2018 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2018 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.