EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Find Us
PUBLICITÉ

Afghanistan: confusion à Ghazni, les communications coupées

Afghanistan: confusion à Ghazni, les communications coupées
Tous droits réservés 
Par AFP
Publié le Mis à jour
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2024 - Agence France-Presse.
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2024 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.

Le gouvernement afghan et les talibans criaient tous les deux victoire samedi après l'offensive des insurgés islamistes sur la ville de Ghazni, à deux heures de route au sud de Kaboul, où la situation demeurait confuse et les communications coupées, selon une élue de la province.

"Le gouvernement de Kaboul affirme que la situation à Ghazni est sous contrôle, mais les contacts que nous avons eu avec les responsables sur place indiquent que les combats continuent dans les faubourgs de la ville", a déclaré à l'AFP Shah Gul Rezaye, députée de Ghazni.

"Malheureusement les communications ont été coupées vendredi après-midi par les talibans et il n'y a plus d'électricité en ville", a-t-elle ajouté.

Vendredi soir, le ministère de la Défense assurait que la ville était sous le contrôle de l'armée qui fouillait maison par maison pour déloger les talibans cachés chez les civils.

Samedi, les talibans annonçaient également leur emprise sur la ville: "les moudjahidines ont pris un bataillon entier la nuit dernière et saisi des armes et munitions et quatre camions... Ils protègent la ville de Ghazni bloquant l'avancée de l'ennemi" (les forces afghanes, ndlr), a indiqué leur porte-parole Zabihullah Mujahid, sur WhatsApp.

"Le gouvernement nous a annoncé hier soir vers 22H30 l'arrivée de renforts au sol et par hélicoptère mais nous sommes inquiets et nous l'avons dit" a poursuivi Mme Rezaye.

Selon elle, les élus de la ville ont plusieurs fois mis en garde les autorités ces dernières semaines contre la vulnérabilité de Ghazni et demandé l'envoi de renforts militaires.

"Notre dernière réunion a eu lieu la veille de l'attaque (mercredi), nous avons prévenu le ministère de l'Intérieur que s'il ne portait pas d'avantage d'attention et n'envoyait pas de forces supplémentaires à Ghazni, la province et la ville seraient confrontées à de sérieuses difficultés".

Attaquée dans la nuit de jeudi à vendredi, Ghazni est la deuxième capitale provinciale à brièvement tomber aux mains des talibans en moins de trois mois après Farah (ouest) le 15 mai, rapidement reprise par l'armée.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Les frappes israéliennes sur les camps près de Rafah, au moins 25 morts et 50 blessés

Une vague de chaleur provoque une panne d’électricité géante dans les Balkans

Enrico Letta pourrait-il être l'atout de Macron dans le jeu des postes clés de l'UE contre l'extrême droite ?