DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

L'Aquarius accoste à Malte, épilogue de plusieurs jours d'errance

Vous lisez:

L'Aquarius accoste à Malte, épilogue de plusieurs jours d'errance

L'Aquarius arrive à Malte le 15 août 2018
@ Copyright :
Matthew Mirabelli
Taille du texte Aa Aa

Le navire humanitaire Aquarius est arrivé mercredi en début d'après-midi à Malte où il a finalement été autorisé à accoster après avoir erré plusieurs jours en Méditerranée avec 141 migrants épuisés à son bord.

Mercredi également, les autorités maltaises ont intercepté à 2 miles de leurs côtes un petit navire transportant 35 migrants, qui errait depuis deux jours, sans équipement de navigation approprié.

Les passagers de l'Aquarius quant à eux - dont une moitié de mineurs et un tiers de femmes - ont poussé des cris de joie lorsque le navire, affrété par les ONG SOS Méditerranée et Médecins sans frontières (MSF), s'est engagé dans le vaste port de La Valette, selon un journaliste de l'AFP sur place.

Malte avait donné son feu vert mardi, après un accord pour répartir entre pays européens ces migrants secourus vendredi dans les eaux internationales au large de la Libye.

Originaires pour la plupart de Somalie et d'Erythrée, les passagers, qui devaient passer un contrôle médical avant de pouvoir quitter le navire, ont débarqué petit à petit, sous un soleil brûlant.

Deux femmes enceintes ont été transportées à l'hôpital, ont pu constater les journalistes, tenus à bonne distance par les forces de sécurité.

Les rescapés étaient "épuisés, marqués par leur voyage et leur séjour en Libye", avait déclaré à l'AFP Aloys Vimard, le coordinateur de Médecins sans frontières à bord de l'Aquarius.

A l'arrivée des migrants, l'équipage du Lifeline, un autre navire de sauvetage retenu à quai par les autorités maltaises depuis qu'il a débarqué 233 migrants après un accord de répartition similaire le 28 juin, a brandi une bannière clamant: "Tout le monde a le droit à la vie".

A l'inverse, une dizaine de militants d'extrême droite ont agité une banderole exigeant la "fin du trafic d'êtres humains"

Deux mois après avoir suscité une intense crise diplomatique, l'Aquarius a de nouveau erré plusieurs jours en Méditerranée en quête d'un port d'accueil.

Rejeté par l'Italie mais aussi dans un premier temps par Malte, qui avait recueilli lundi 114 migrants secourus par sa marine, l'Aquarius a finalement été autorisé mardi à accoster à La Valette à la suite d'un accord avec cinq autres pays de l'Union européenne.

La France, l'Allemagne, le Luxembourg, le Portugal, et l'Espagne ont accepté de se répartir l'accueil des 141 migrants à bord et 60 autres arrivés lundi sur l'île, selon les autorités maltaises, qui ont indiqué mercredi que l'Italie s'y ajoutait.

Rome n'a toutefois pas confirmé sa participation à l'opération. Le chef du gouvernement italien Matteo Salvini avait twitté mardi: "Comme promis, pas en Italie. Nous avons déjà fait assez. Des paroles aux faits!"

L'Espagne, qui avait accueilli l'Aquarius en juin au moment de sa précédente errance, a promis de prendre en charge 60 migrants, tout comme la France, dont le président Emmanuel Macron avait été vivement critiqué en juin pour avoir fermé ses ports au navire.

L'Allemagne s'est de son côté engagée à recevoir jusqu’à 50 réfugiés et le Portugal s'est dit prêt à en accueillir 30. Le Luxembourg en recevra cinq.

- "Dangereux et immoral" -

L'ONG SOS Méditerranée s'est félicitée mercredi que ces différents pays européens se soient "mis d'accord pour partager les responsabilités au sein d'une réponse (...) coordonnée".

"L'Aquarius a bien sûr l'intention et l'obligation de reprendre la mer au plus vite, au large des côtes libyennes", a par ailleurs souligné Verena Papke, représentante de l'ONG en Allemagne, lors d'une conférence de presse à Berlin.

Le Haut Commissaire des Nations unies pour les réfugiés, Filippo Grandi, a lui aussi salué dans un communiqué "la fin de l’impasse concernant l’Aquarius", mais il a toutefois jugé que "cette situation n’aurait jamais dû en arriver à ce point".

"Il est faux, dangereux et immoral de continuer à faire errer des navires de sauvetage en Méditerranée, alors que les gouvernements se font concurrence pour se décharger de leurs responsabilités", a ajouté M. Grandi en estimant "urgent" de sortir "des approches +bateau par bateau+ pour savoir où débarquer les passagers secourus".

Cette nouvelle odyssée d'un navire chargé de migrants devrait pousser l'Union européenne à adopter "un mécanisme spécifique et humain de répartition", a plaidé Bernard Kouchner, ancien ministre français des Affaires étrangères et co-fondateur de MSF.

Mi-juin, l'Aquarius avait déjà navigué une semaine avec plus de 600 personnes à bord, après les refus de Malte et de l'Italie, dont le ministre de l'Intérieur d'extrême droite Matteo Salvini a mis un point d'honneur à ne pas accueillir de nouveaux migrants.

Le navire allemand Lifeline avait lui aussi été contraint à un périple d'une semaine avant de pouvoir débarquer fin juin à Malte ses 233 passagers.

Pour l'heure, les dirigeants de l'UE ne sont pas parvenus à trouver un compromis avec les partisans d'une ligne dure sur l'immigration, comme l'Italie et le groupe de Visegrad (Hongrie, République tchèque, Slovaquie et Pologne).

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2018 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2018 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.