DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Un anesthésiste accusé d'avoir tué sa femme et sa fille avec un ballon de yoga rempli de gaz

Vous lisez:

Un anesthésiste accusé d'avoir tué sa femme et sa fille avec un ballon de yoga rempli de gaz

Un anesthésiste accusé d'avoir tué sa femme et sa fille avec un ballon de yoga rempli de gaz
Taille du texte Aa Aa

Un médecin anesthésiste de Hong Kong est accusé d'avoir assassiné sa femme et sa fille au moyen d'un ballon de yoga rempli de monoxyde de carbone, rapporte jeudi le South China Morning Post.

Khaw Kim-sun, de nationalité malaisienne, comparaît actuellement devant la Haute cour de l'ex-colonie britannique. Il a plaidé non coupable de meurtre.

Son épouse et sa fille de 16 ans avaient été retrouvées mortes en 2015 dans leur voiture fermée à clé, à l'intérieur de laquelle se trouvait aussi un ballon de yoga dégonflé.

Une autopsie avait permis d'attribuer la mort à l'inhalation du gaz.

Les procureurs ont accusé M. Khaw, 53 ans, d'avoir délibérément projeté d'assassiner son épouse, affirmant que celle-ci refusait de divorcer alors qu'il avait une liaison avec une étudiante.

Mais l'accusation juge probable que le suspect n'entendait pas tuer sa fille.

Les circonstances des décès n'ont pas encore été explicitées, alors que le procès se poursuivait jeudi.

M. Khaw avait été vu en train de remplir deux ballons de monoxyde de carbone à l'Université chinoise de Hong Kong, où il était professeur associé, selon le SCMP.

Il aurait dit à ses collègues qu'il prévoyait utiliser le gaz sur des lapins, avant d'affirmer à la police qu'il comptait s'en servir pour se débarrasser de rats dans sa maison.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2018 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2018 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.