DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Top 14: le Stade Français punit Perpignan pour son retour en Top 14

Vous lisez:

Top 14: le Stade Français punit Perpignan pour son retour en Top 14

Top 14: le Stade Français punit Perpignan pour son retour en Top 14
Taille du texte Aa Aa

Cruelles retrouvailles! Pour son premier match en Top 14 depuis quatre ans, Perpignan s'est lourdement incliné à domicile face au Stade Français (15-46), pourtant réduit à 14 après le carton rouge de Parisse juste avant la mi-temps, samedi à l'occasion de la 1ere journée.

Malgré l'ambiance survoltée d'Aimé-Giral, à guichets fermés, les Catalans, privés de plusieurs pièces maîtresses (Mêlé, Mjekevu, Brown), ont subi la loi des hommes d'Heyneke Meyer: l'ancien sélectionneur des Springboks a idéalement débuté son bail chez les Parisiens, vainqueurs avec le point de bonus offensif grâce à six essais inscrits.

Premiers non relégables la saison dernière et à la recherche de leur lustre d'antan, à grand renfort de billets, les Stadistes, plus gros budget annoncé du Top 14 (34 M EUR contre 16 M EUR pour l'Usap), ont de leur côté parfaitement géré la première marche de leur opération rédemption.

"Oui, on a beaucoup d'ambitions. Notre propriétaire nous en donne les moyens mais notre première ambition c'est d'abord d'instaurer une culture de la gagne" a déclaré Pieter De Villiers, en charge des avants parisiens.

Ces derniers ont pris à la gorge dès le début de match les Catalans, qui ont encaissé leur premier essai après seulement sept minutes de jeu, par Sekou Macalou en bout de ligne.

Si la recrue phare de l'Usap, l'ouvreur international irlandais Paddy Jackson, indésirable en Irlande après avoir été accusé de viol puis acquitté, a momentanément réduit le score sur pénalité (3-7, 9e), les Parisiens ont ensuite récité leur partition sans sourciller.

"On a insisté sur la préparation physique pour être prêts. Aujourd'hui, cela a payé: on a joué vite, on a libéré vite nos ballons et perturbé cette équipe de Perpignan" a souligné De Villiers.

- Hamdaoui et Macalou voient double -

Cela a permis aux joueurs de l'ancien pilier international français de marquer trois essais supplémentaires, dont un doublé de Macalou (35) et un contre opportun de l'ancien arrière biarrot Kylan Hamdaoui (13). Lequels ont puni les largesses du promu, pris en défense, maladroit en touche (cinq lancers égarés en tout dans les 22 mètres de Paris) et mené 29 à 3 à la pause.

Le carton rouge reçu par Parisse (37e) pour un coude en avant (ou une épaule?) a permis d'entretenir l'espoir via deux essais (Jackson, 53e, et de pénalité 61e, 29-15) face à des Parisiens provisoirement réduits à treize (carton jaune pour Hugh Pyle, 53e).

Mais de nouvelles largesses défensives ont sonné le glas des espoirs catalans, et permis à Hamdaoui de s'offrir un doublé (63e) et au demi de mêlée sud-africain Piet van Zyl de fêter également sa première par un essai (66e).

Le Stade Français a marqué les esprits avec cette large victoire à l'extérieur, soit autant que sur l'ensemble de la saison dernière.

Perpignan devra lui soigner sa migraine dimanche prochain à Agen dans une rencontre entre deux équipes promises à la lutte pour le maintien. Dans cette optique, les Sang et Or ont du travail. "Il vaut mieux en prendre une comme cela maintenant plutôt que lors d'un match couperet, alors on va bosser et ne rien lâcher" estime le capitaine catalan Tom Ecochard.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2018 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2018 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.