Droits de l'Homme: le Canada refuse de céder à la pression de Ryad

Droits de l'Homme: le Canada refuse de céder à la pression de Ryad
Tous droits réservés 
Par AFP
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2024 - Agence France-Presse.
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2024 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.

La ministre canadienne des Affaires étrangères a affirmé lundi que son gouvernement ne cèderait pas aux pressions de l'Arabie saoudite, avec laquelle il est en conflit suite à des critiques sur les droits de l'Homme.

"Le Canada soutiendra toujours les droits de l'Homme dans le monde, y compris ceux des femmes, même lorsque l'on nous dit de nous mêler de nos affaires ou de ne discuter de tels sujets qu'en privé, entre dirigeants et à huis clos", a déclaré dans un discours à Berlin Chrystia Freeland.

Et le Canada se comportera ainsi "même lorsque le fait d'exprimer son opinion entraîne des répercussions", a ajouté la cheffe de la diplomatie, disant "espérer le soutien de l'Allemagne".

Elle s'exprimait devant une réunion annuelle des ambassadeurs allemands à Berlin.

Une crise diplomatique sans précédent entre Ryad et Ottawa a éclaté début août après un tweet canadien demandant la "libération immédiate" de militantes des droits de l'homme récemment arrêtées en Arabie saoudite.

Ryad a répliqué en expulsant l'ambassadeur canadien et en prenant une série de mesures de rétorsion, notamment la suspension des relations commerciales.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

L'armée congolaise affirme avoir "déjoué un coup d'État" dimanche matin

Crues du printemps : les Européens ont les pieds dans l'eau

La Pologne va investir 2,3 milliards d'€ pour renforcer sa frontière avec la Russie et le Bélarus