DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Ultra-trail: l'UTMB, la course de montagne devenue produit d'exportation

Vous lisez:

Ultra-trail: l'UTMB, la course de montagne devenue produit d'exportation

Ultra-trail: l'UTMB, la course de montagne devenue produit d'exportation
Taille du texte Aa Aa

D'une petite affaire de passionnés, l'Ultra Trail du Mont Blanc est devenu en 15 ans le graal de la course à pied en montagne au niveau mondial, pour faire de l'UTMB une grosse machine qui s'exporte désormais à l'étranger.

En 2003, la première édition fait un tabac avec 700 participants alors que les cofondateurs Catherine et Michel Poletti, toujours aux manettes aujourd'hui, en espéraient tout au plus 300. Les conditions météo épouvantables - seuls 67 concurrents finiront l'épreuve - ont ensuite ouvert les portes de la légende.

En 2018, l'UTMB appartient à un autre monde: c'est 2500 coureurs qui s'élançaient vendredi pour quelque 170 km et 10.000 mètres de dénivelés positifs moyennant une inscription de 250 euros, soumise à l'obtention de points qualificatifs (points Itra) puis à un tirage au sort.

Nouveauté de l'année, un prize-money était réservé aux dix premiers (2000 euros pour le vainqueur, chez les messieurs et les dames, et 500 euros pour le et la 10e).

"Ca a été un grand évènement d'emblée, qui a tout de suite été considéré comme ce qui se faisait de mieux au monde mais ça a pris des proportions gigantesques ces dernières années", souligne à l'AFP Jean-Philippe Lefief, coureur et auteur d'une livre sur le phénomène du trail ("La folle histoire du trail", Ed. Guérin).

- Marques déposées -

"Pendant, une semaine, ce sont plus de 50.000 personnes à Chamonix, ce sont des centaines de milliers d'euros de chiffre d'affaires générés par les à-côtés", dit-il, expliquant ce succès d'abord par "le site qui est incontournable et qui stimule l'imagination".

"Il y a le tracé qui est d'une logique implacable (autour du massif) et l'organisation aux petits oignons parce que faite par un coureur (Michel Poletti), qui a voulu transmettre sa passion et qui le fait de façon magistrale je trouve".

Dans la foulée de la première édition, les Poletti, informaticiens de formation, ont déposé en 2004 les marques 'UTMB' et 'ultra-trail' et créé une SARL pour la gestion commerciale et marketing - qui compte 9 salariés aujourd'hui - et dont le chiffre d'affaires est de plus de 2 millions d'euros. La partie logistique de l'événement est gérée par une association.

Le budget de l'événement UTMB est lui de 2 millions d'euros, dont 40% provenant des partenaires.

"On travaille en réseau avec 23 entreprises spécialisées en leur domaine, que ce soit tracking, image, chronométrage, etc. Pour certaines entreprises, l'UTMB représente 6 mois de travail sur l'année", indique Catherine Poletti, pour qui avoir déposé les marques "nous a permis de cadrer le développement de cette pratique sportive".

"On n'a pas demandé aux gens de l'argent, ça n'a jamais été payant de s'appeler 'ultra trail' mais de respecter certaines valeurs de solidarité et de respect de l'environnement et des personnes. Ne pas être dopé, il y a une charte à signer, ça nous a permis de réguler les choses parce que c'était une marque déposée" argue-t-elle.

- 'No Itra' -

En 2013 a été créée une association destinée à certifier les compétitions habilitées à attribuer des points qualificatifs pour l'UTMB, l'International Trail Running Association (ITRA), dont le président est Michel Poletti. L'année d'après c'est la naissance de l'Ultra Trail World Tour, qui réunit dans un circuit mondial des grandes courses de trail.

L'UTMB est donc devenu un label dont la dimension commerciale fait parler et soulève des oppositions.

Une page Facebook "No Itra" s'est ainsi créée, présentée comme la "page des courses et coureurs qui dénoncent le système de L'ITRA. Refuser l'Itra, c'est rester libre, c'est dire non à la machine à fric !"

La +machine+ a pris cette année une nouvelle dimension avec l'exportation de la marque UTMB à travers le monde.

Cette année a eu lieu en mars en Chine une première compétition siglée UTMB (montée avec les experts de l'UTMB), à Gaoligong (extrême sud-est) et qui a réuni 1815 participants.

Le Sultanat d'Oman aura aussi +son UMTB+ du 29 novembre au 1er décembre prochains. Et en 2019 ce sera à Ushuaia (Argentine, 5-7 avril 2019). Et d'ici quelques années, ce pourrait être une trentaine de franchises UTMB.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2018 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2018 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.