DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Niger: 21 millions d'euros d'aide européenne pour lutter contre l'émigration clandestine

Vous lisez:

Niger: 21 millions d'euros d'aide européenne pour lutter contre l'émigration clandestine

Niger: 21 millions d'euros d'aide européenne pour lutter contre l'émigration clandestine
Taille du texte Aa Aa

L'Union européenne (UE) a versé une aide de 21 millions d'euros (près de 13,775 milliards de francs CFA) au Niger pour l'aider dans la lutte contre l'émigration clandestine vers l'Europe et pour la "sécurité intérieur", selon un communiqué transmis lundi à l'AFP.

"Un montant de 21 millions d'euros soit près de 13,775 milliards de FCFA a été versé début août au Trésor public nigérien", selon le texte qui précise que ces fonds sont destinés au Programme financé par le fonds fiduciaire d'urgence de l'UE et qui "soutient plus particulièrement les réformes" notamment dans les secteurs de "la sécurité intérieure", de "la gestion des frontières" et de "la lutte contre la migration irrégulière et le trafic des êtres humains".

Ce aide porte le montant total des soutiens budgétaires de l'UE à 51 millions d'euros au premier semestre 2018.

L'UE promet un autre versement "au cours du quatrième trimestre de 2018".

Début juillet, le président nigérien Mahamadou Issoufou avait jugé "pas suffisant" ce fonds de 1,8 milliard d'euros mis en place par l'UE pour lutter contre les migrations clandestines.

Selon les statistiques européennes, environ 90% des migrants d'Afrique de l'Ouest traversent le Niger sur leur parcours vers la Libye et l'Europe.

Mi-juillet, lors d'une visite au Niger, le président du Parlement européen, Antonio Tajani, s'était réjoui de la chute "de plus de 95%" du flux de migrants transitant par le Niger vers la Libye et l'Europe, entre 2016 et 2017.

M. Tajani avait assuré qu'un montant supplémentaire de 500 millions d'euros avait été dégagé fin juin en faveur de ce fonds pour l'Afrique et "devait être en grande partie affecté au soutien des efforts déployés par le Niger".

Pour lutter contre les passeurs, Niamey a voté en 2015 une loi très sévère rendant leurs crimes passibles de peines pouvant aller jusqu'à 30 ans de prison. L'armée a multiplié les patrouilles contre les migrants.

Mais ce durcissement semble loin de décourager les migrants et passeurs. En 2017, des élus d'Agadez, la grande ville du nord nigérien et plaque tournante du trafic d'êtres humains, avaient affirmé que le désert nigérien étaitdevenu "un véritable cimetière à ciel ouvert" pour les migrants.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2018 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2018 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.