DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Meurtre dans un sous-marin danois: ouverture du procès en appel

Vous lisez:

Meurtre dans un sous-marin danois: ouverture du procès en appel

Meurtre dans un sous-marin danois: ouverture du procès en appel
Taille du texte Aa Aa

Le procès en appel de l'inventeur autodidacte danois Peter Madsen, condamné à la prison à vie pour l'assassinat de la journaliste suédoise Kim Wall dans son sous-marin en août 2017, s'est ouvert mercredi devant la Haute cour de Copenhague.

Trois jours d'audience ont été prévus les 5, 12 et 14 septembre.

"Nous ne sommes pas réunis ici pour déterminer si Peter Madsen est coupable car il l'est", a rappelé le procureur Kristian Kirk à l'ouverture des débats devant le condamné, vêtu d'une sobre veste noire, qui lui fait face dans la salle d'audience.

Le procès ne concerne en effet que la durée de la peine, que Peter Madsen, 47 ans, espère voir réduite.

Il a été condamné fin avril à l'issue de 11 jours de procès au retentissement médiatique sans précédent dans un pays considéré comme l'un des plus sûrs du monde, d'après un rapport de l'organisation indépendante Institute for Economics & Peace.

Le 10 août 2017, il avait embarqué sur son submersible artisanal Kim Wall, 30 ans, qui projetait d'écrire un reportage sur ses désirs de conquête du ciel et des fonds marins.

Portée disparue dans la nuit par son compagnon, son corps avait ensuite été retrouvé en mer, démembré.

Ses parents et son frère étaient présents dans la salle d'audience.

L'ingénieur autodidacte, qui a toujours plaidé l'accident, a renoncé à faire appel de sa condamnation pour meurtre avec préméditation.

Une décision, a précisé son avocate en mai, qui n'est "certainement pas" synonyme d'aveu.

"Il réalise qu'il a été reconnu coupable et il doit vivre avec. Il a décidé de ne pas continuer à se battre. Il n'a pas l'énergie nécessaire pour cela", avait déclaré Betina Hald Engmark à la radio publique DR.

Selon elle, la peine est "disproportionnée par rapport à la jurisprudence" et c'est sur cette question que les trois juges de la Cour d'appel vont plancher avec trois jurés.

Au Danemark, hormis Peter Madsen, seul un criminel a été condamné à la perpétuité pour un seul meurtre.

- Pervers polymorphe -

Après avoir changé de versions à plusieurs reprises, Peter Madsen avait affirmé lors des débats que Kim Wall était morte intoxiquée par des émanations de monoxyde de carbone à l'intérieur du sous-marin.

Pour les légistes en revanche, la jeune femme est "probablement" morte à la suite d'un égorgement ou d'un étouffement. Quatorze perforations autour des parties génitales ont également été observées.

Peter Madsen est un "pervers polymorphe" mû par une sexualité morbide, selon la justice de son pays. Les experts psychiatres le disent "pervers" et "dangereux" et ne doutent pas qu'il récidivera.

Ces appréciations ont fini de convaincre la cour malgré le manque de preuves matérielles irréfutables et l'état de décomposition avancée du corps de Kim Wall, qui n'a pas permis de déterminer les causes exactes de sa mort.

Peter Madsen a également été reconnu coupable de lui avoir infligé des mutilations sexuelles et d'avoir démembré et décapité son cadavre avant de le disperser en mer.

La prison à vie correspond au Danemark à 16 ans de réclusion effective en moyenne. Seuls 25 détenus purgent une peine de ce type.

Après douze ans d'emprisonnement, un condamné à la perpétuité peut demander à être remis en liberté mais est maintenu en prison tant que la justice considère qu'il représente un risque pour la société.

Le jugement devrait être rendu le 14 septembre.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2018 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2018 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.