DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Serena Williams: "Il y a un an, je me battais pour ma vie..."

Vous lisez:

Serena Williams: "Il y a un an, je me battais pour ma vie..."

Serena Williams: "Il y a un an, je me battais pour ma vie..."
Taille du texte Aa Aa

"Il y a un an, je me battais pour ma vie..." : Serena Williams, qualifiée à l'US Open pour sa deuxième finale en Grand Chelem d'affilée, un an après sa maternité et les complications qui ont suivi, n'aurait "pas du tout pu prédire" un retour au premier plan aussi rapide.

Q: Avec ce que vous avez vécu depuis un an, quel regard portez-vous sur vos performances ?

R: "Honnêtement, c'est remarquable. Je n'aurais pas du tout pu prédire cela, même si j'ai travaillé vraiment dur. Mais je n'en suis qu'au début de mon retour. Je suis encore sur la pente ascendante. J'ai encore envie d'accomplir beaucoup d'autres choses. Vous n'atteignez pas votre meilleur niveau en quelques mois seulement. Je n'en suis que là, j'ai le sentiment d'avoir encore une marge de progression importante dans mon jeu. C'est ça qui est le plus enthousiasmant."

Q: Vous avez semblé émue sur le court une fois la victoire acquise...

R: "J'étais un peu émue parce qu'il y a un an, je me battais littéralement pour ma vie à l'hôpital (elle a connu des complications sérieuses après son accouchement, ndlr). J'en étais à ma troisième opération, il m'en restait encore une. Revenir de si loin - alors que j'étais dans un lit d'hôpital, que je ne pouvais ni bouger ni marcher, ni rien faire d'autre - seulement un an plus tard, pas seulement m'entraîner mais être en finale ici, et même atteindre deux finales d'affilée (après celle de Wimbledon, ndlr)... Alors que, comme je l'ai dit, je n'en suis qu'au début... Ca me donne le sentiment que j'ai encore un avenir très, très brillant."

Q: Vous vous êtes inclinée lors de votre unique face-à-face avec Naomi Osaka, à Miami en mars, peu après votre retour sur le circuit. Qu'est-ce que ça vous inspire ?

R: "Je n'étais définitivement pas au meilleur de ma forme. A cette époque, j'allaitais, donc la situation était complètement différente. J'espère ne plus jamais jouer comme ça. Je ne peux que mieux jouer que lors de ce match."

Propos recueillis en conférence de presse.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2018 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2018 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.