DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Voile: Besson-Riou, Marie a retrouvé son Billy

Vous lisez:

Voile: Besson-Riou, Marie a retrouvé son Billy

Voile: Besson-Riou, Marie a retrouvé son Billy
Taille du texte Aa Aa

"J'ai retrouvé mon Billy, on s'est vite re-compris": Marie Riou est tout sourire pour son retour sur la grande scène de la voile olympique lors de la Coupe du monde à Enoshima, où elle reforme son tandem avec Billy Besson, deux ans après le drame des Jeux de Rio.

C'est sur le plan d'eau qui accueillera les épreuves de voile lors des JO de Tokyo en 2020 que Marie Riou et Billy Besson reprennent leur habitudes de champions en Nacra 17, seule catégorie où le duo est mixte.

Un support sur lequel ils ont excellé avec 4 titres mondiaux avant de se présenter en ultra favoris pour le sacre olympique en 2016 à Rio. Mais une hernie discale contractée par Besson à la veille de la compétition a ruiné leurs chances. Besson n'a pas renoncé mais s'est présenté en fauteuil roulant, envahi par la douleur. Ils ont fini 6es.

"C'est difficile de refaire l'histoire. Avec des si, on mettrait Paris en bouteille et moi je ne suis pas du tout comme ça. Mais je ne demande pas grand chose, je veux juste une médaille olympique, c'est pas grande chose, non ?" dit Besson à l'AFP sur un ton rieur.

Après le calvaire du Brésil, Besson, une fois remis sur pieds, s'est associé à une nouvelle partenaire, Amélie Riou alors que Marie Riou partait sur les mers du globe pour une aventure incroyable, celle de la Volvo Ocean Race, course de 8 mois autour du monde en équipage avec escales.

"Chacun avait pris sa route de son côté. Pour moi, ça a été plus compliqué, pour Marie ça s'est super bien passé", raconte le natif de Papeete.

- 'Madame, svp!' -

La Bretonne de 37 ans a connu les saveurs d'un succès historique. Son équipe chinoise Dongfeng, composée d'hommes et de femmes, a remporté en juin la Volvo Ocean Race. Aucune femme n'avait jamais gagné cette course extrême. Besson, lui, à la peine dans son nouveau tandem, a mis fin à sa collaboration avec Amélie Riou.

"Moi je ne savais pas s'il fallait que j'aille ou pas aux Jeux à Tokyo. Je me suis posé plein de questions. J'ai appelé Marie. Elle me disait non et j'arrêtais", raconte le Polynésien de 37 ans.

Mais Marie a dit oui !

Après quelques jours de repos bien mérité à la suite de sa victoire sur la Volvo, Riou est partie naviguer 3 semaines en baie de Quiberon avec Besson, sur un bateau tout neuf alors que, depuis le printemps 2017, le Nacra 17 est +volant+, c'est-à-dire équipé de foils (appendices qui élèvent l'embarcation au dessus de l'eau).

"Je suis hyper contente de pouvoir re-naviguer avec Billy, hyper contente d'être avec lui. J'ai pris mes marques sur le nouveau bateau, c'est compliqué techniquement, on repart de zéro", souligne la navigatrice, qui a pris du galon, comme le relève Besson avec une pointe de malice.

"Madame, s'il vous plaît, est-ce qu'on peut virer de bord ?": je lui parle comme ça maintenant qu'elle est cap-hornière", plaisante Besson, sincèrement admiratif de ce qu'a accompli sa coéquipière sur la Volvo.

"Ce qu'il ne faut pas oublier, c'est qu'elle est +LA+ Française à avoir gagné la Volvo. Pour une nana, c'est fort. Elle a réussi quelque chose dont elle rêvait toute gamine".

Besson, lui aussi, aimerait réaliser son rêve de gosse: accrocher une médaille olympique, en 2020 à Tokyo.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2018 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2018 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.