DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Dans le nord du Mozambique, Nthoro et la malédiction des rubis

Vous lisez:

Dans le nord du Mozambique, Nthoro et la malédiction des rubis

Dans le nord du Mozambique, Nthoro et la malédiction des rubis
Taille du texte Aa Aa

Longtemps, Nthoro n'a été qu'un petit village pauvre et sans histoire du nord du Mozambique. Jusqu'à ce qu'il y a sept ans, on y découvre un gisement de rubis. Ses habitants sont depuis sous la menace permanente de la police et d'une expulsion.

"On a toujours bien vécu ici mais quand notre terre est devenue une concession minière, tout a changé", raconte Cristina Joaquim, la très respectée "reine" traditionnelle de Nthoro.

"Le relogement est notre gros problème", poursuit-elle. "Comme ils ont promis de nous installer ailleurs, ils nous empêchent de cultiver la terre et de construire de nouvelles maisons. Alors on crève de faim et tout le monde s'en moque..."

"Ils", c'est la police et Montepuez Ruby Mining (MRM). Détenue aux trois quarts par le groupe britannique Gemfields, l'entreprise a obtenu en 2011 du gouvernement mozambicain une concession de 36.000 hectares autour de la ville de Montepuez pour y exploiter, jusqu'en 2036, un gisement de rubis.

L'activité est juteuse. De 2014 à 2017, les ventes aux enchères lui ont rapporté 240 millions d'euros, selon les statistiques officielles.

La compagnie a établi son quartier général à dix minutes de route de Nthoro. Un complexe doté de tout le confort moderne, de restaurants et même d'une clinique, et protégé par une armée d'agents de sécurité privés et armés.

Les quelque 2.000 habitants de Nthoro en sont exclus. Malgré la vente des gemmes rouges tirés de leur sol, ils n'ont ni eau courante, ni électricité, ni école.

- Interdictions -

Conformément à la loi mozambicaine, MRM a promis de reloger la population hors de sa concession. Mais le déménagement tarde.

Le long des chemins qui mènent au village niché au cœur de la forêt, des dizaines de panneaux rappellent les termes stricts de la loi. "Vous êtes dans une concession minière MRM. Il est interdit de cultiver, de bâtir des logements et de creuser."

Selon les habitants, les unités d'intervention spéciales de la police stationnées dans le commissariat du village - son seul service public - se chargent de les faire appliquer sans ménagement.

"Ils arrivent au milieu de la nuit, incendient nos maisons, détruisent nos biens et arrêtent les jeunes en les accusant d'être des mineurs illégaux", accuse Cristina Joaquin.

"Ils ont brûlé ma maison, ils ont brûlé mes récoltes", confirme le chef du village, Joao Carimo. "Nous savons que c'est la compagnie qui a ordonné la destruction de nos biens (...) Ceux qui brûlent nos maisons, ce sont les policiers et leurs agents de sécurité", lâche-t-il. "Ils le font pour forcer les habitants à partir sans indemnisation", affirme-t-il.

- "Survivre" -

Las des exactions de la police et des promesses non tenues de MRM, les habitants de Nthoro ont donc décidé de saisir la justice. Une centaine d'entre eux ont déposé en avril à Londres une plainte en nom collectif accusant Gemfields de meurtres, coups et blessures, détentions arbitraires ou abus sexuels.

Ils reprochent aussi au groupe britannique de les avoir privés de leurs moyens de subsistance.

"Nous avions l'habitude de cultiver notre terre pour nourrir nos familles. On produisait même du maïs pour le vendre", raconte un habitant, Sergio Eusebio, 29 ans. "Aujourd'hui, ils nous interdisent de planter, alors on ne peut pas survivre."

Sur le banc des accusés, Gemfields se défend en assurant que le plan de relogement est en passe d'être bouclé.

"Nous avons identifié 105 familles qui vivent actuellement dans le village de Nthoro et qui seront relogées (...) dans le district de Montepuez, pour un investissement total de 10 millions de dollars", écrit sa direction londonienne.

Le groupe promet d'ici deux ans aux habitants de Nthoro des maisons toutes neuves et tout confort, une école, une église, une mosquée et même un centre de formation.

"Notre procédure a respecté les meilleurs pratiques internationales en matière d'information et de consultation", se défend Gemfields.

Très disert sur le relogement des villageois, la compagnie se refuse à commenter les accusations de violences, arguant de la procédure judiciaire en cours. "Nous rejetons toute forme de violence ou d'abus", assure-t-elle, "ces allégations font l'objet (de notre part) d'une enquête aussi complète que possible".

- "Partir ailleurs" -

Accusée d'être le bras armé de la compagnie, la police assure elle aussi s'être saisie du dossier. "Tout policier impliqué dans des brutalités contre des citoyens sans défense sera puni", clame son porte-parole national, Inacio Dina.

Quant aux autorités locales, elles assurent que la compagnie respecte l'essentiel de ses engagements. "Elle paie ses impôts et remplit ses obligations sociales", assure l'administrateur Fabio Namiva, qui dénonce les mensonges de villageois "qui agitent les populations".

Seul bémol, il s'inquiète du retard pris par le relogement. "Ils (MRM) auraient dû commencer la construction des maisons cette année, donc on est préoccupés", confie un administrateur local, Fabio Namiva, "on met un maximum de pression sur la compagnie pour accélérer le relogement."

Mais l'essentiel est ailleurs, confie-t-il: "l'extraction des rubis contribue largement aux revenus du pays, on est très contents".

Sa satisfaction ne suffit pas à apaiser la colère des habitants.

"J'ai vu tant de personnes tuées, de maisons brûlées, tout ça à cause des rubis", enrage Jeronimo Amade, 45 ans. "Alors je veux juste qu'ils me donnent l'argent qu'ils m'ont promis pour que je puisse aller refaire ma vie ailleurs."

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2018 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2018 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.