DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Multisports: grâce à Canal+, SFR marque son premier but en Ligue des champions

Vous lisez:

Multisports: grâce à Canal+, SFR marque son premier but en Ligue des champions

Multisports: grâce à Canal+, SFR marque son premier but en Ligue des champions
Taille du texte Aa Aa

Juste avant le coup d'envoi des premiers matches de Ligue des champions, l'opérateur SFR a annoncé mardi la signature avec Canal+ d'un tout premier accord de distribution de ses chaînes sport, levant des incertitudes pour une partie des amateurs de ballon rond.

Concrètement, l'accord signé en toute fin d'après-midi, mardi, quelques heures avant l'entrée en lice de l'AS Monaco et du Paris Saint-Germain dans la compétition, concerne avant tout les abonnés de CanalSat, "les plus anciens et les plus fidèles", selon Maxime Saada, le président du directoire du groupe Canal+.

Si le montant minimum de l'accord n'a pas été communiqué, c'est avant tout un soulagement pour l'opérateur télécoms, qui signe ainsi son premier accord de distribution de ses chaînes RMC Sport, alors qu'il a déboursé un montant record de 370 millions d'euros par saison, entre 2018 et 2021, pour les compétitions européennes de football, Ligue des champions et Ligue Europa.

"C'est un accord idéal, car les abonnés Canal Satellite ne sont pas en concurrence avec les opérateurs télécoms, c'est une offre complémentaire à celle que l'on propose à nos abonnés SFR", a souligné avec satisfaction le PDG de SFR, Alain Weill, lors d'une conférence de presse téléphonique.

- Abonnés fidèles récompensés -

mois, soit le même montant que via la plateforme en ligne de RMC Sport.

C'est d'ailleurs via cette plateforme que les autres abonnés Canal+, non concernés par l'accord, doivent s'abonner s'ils veulent suivre les matches de cette première soirée européenne.

"Cela nous tenait à cœur que nos abonnés fidèles

"Nous sommes très satisfaits de cet accord au global et nous le considérons comme un premier pas, on espère proposer le maximum de droits à l'ensemble de nos abonnés très rapidement", a pour sa part affirmé M. Saada.

A l'instar des abonnés à l'opérateur, les abonnés actuels de Canalsat pourront s'abonner pour 9 euros par mois. Les nouveaux abonnés devront quant à eux s'acquitter de 19 euros par

depuis plusieurs années soient ceux qui payent moins cher, ceux qui nous font confiance doivent être récompensés, c'est un choix commercial de notre part, pas en lien avec l'accord signé", a précisé Frank Cadoret, directeur général adjoint de Canal+, chargé de la France.

L'accord confirme par ailleurs la distribution de Canal+, ainsi que de BeIN Sports, par SFR, qui "reste le seul opérateur à proposer l'intégralité du football, sans parler des autres droits sportifs détenus par les trois acteurs", a précisé Alain Weill.

- Discussions en cours -

Reste désormais à convaincre les autres acteurs. Car pour l'heure, SFR n'a trouvé d'accord avec aucun de ses concurrents opérateurs télécoms, Orange, Free et Bouygues Telecom, pour la distribution de ses chaînes.

De sources concordantes, c'est avant tout le montant minimum garanti demandé par SFR qui est la cause du blocage, des informations de presse parlant de montants pouvant dépasser les 200 millions d'euros pour certains opérateurs.

Or, ces accords pourraient devenir essentiels si SFR souhaite rentabiliser ces droits sportifs, dans le cas où ils ne se traduisent pas par l'acquisition de nouveaux abonnés, sa volonté première.

"Les discussions avec les autres opérateurs télécoms se poursuivent sereinement, ce premier accord peut en déclencher d'autres", a d'ailleurs estimé M. Weill.

Orange a néanmoins démenti à l'AFP l'existence de toute discussion à ce sujet avec SFR mardi soir.

Pour l'heure, SFR se montre optimiste, et parle de plusieurs centaines de milliers d'abonnés à ses chaînes, soit parmi ses abonnés télécom, soit via sa plateforme, et espère donc une accélération grâce aux abonnés de CanalSat.

Pour autant, le groupe ne parle plus d'objectifs précis, lui qui espérait un million d'abonnés à son bouquet sport en 2019 et trois millions à terme, soit l'équivalent des abonnés à BeIN Sports.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2018 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2018 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.