DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Malaisie: l'ex-Premier ministre Najib Razak arrêté dans le cadre du scandale 1MDB

Vous lisez:

Malaisie: l'ex-Premier ministre Najib Razak arrêté dans le cadre du scandale 1MDB

L'ex-Premier ministre malaisien Najib Razak à Kuala Lumpur, le 10 août 2018
@ Copyright :
Mohd RASFAN
Taille du texte Aa Aa

L'ex-Premier ministre malaisien Najib Razak a été arrêté mercredi et va être mis en examen dans le cadre d'une enquête sur des soupçons d'appropriation illicite de 628 millions de dollars du fonds d'investissement public 1MDB, lié à un vaste scandale qui secoue le pays depuis trois ans.

La Commission anti-corruption malaisienne a indiqué avoir obtenu le placement en détention de Najib Razak dans son enquête sur des détournements de fonds présumés de 1MDB et "l'arrivée de 2,6 milliards de ringgits (628 millions de dollars) sur son compte personnel", selon un communiqué.

Ce scandale et les soupçons de détournement de vastes sommes de ce fonds d'investissement par l'ex-Premier ministre et ses alliés ont joué un rôle clé dans la défaite aux élections de mai de la coalition qu'il dirigeait face à l'alliance réformiste de Mahathir Mohamad.

L'actuel Premier ministre de 93 ans a fait son retour au pouvoir en se présentant contre son ex-protegé Najib Razak et a rouvert les enquêtes liées au fonds 1MDB qui avaient été étouffées par le précédent gouvernement.

Le nouveau gouvernement a annoncé qu'il souhaitait récupérer les fonds détournés de la société publique 1Malaysia Development Berhad (1MDB), créée initialement pour moderniser le pays.

Depuis qu'il a perdu le pouvoir, Najib Razak a déjà été placé en détention brièvement et mis en examen pour plusieurs chefs d'accusation liés au détournement présumé de quelque 10 millions de dollars d'une ancienne entité du fonds 1MDB.

Mais son arrestation mercredi est directement liée à l'une des accusations les plus graves à son encontre dans ce vaste scandale, à savoir le transfert d'importantes sommes vers son compte en banque avant les élections de 2013.

Après une première enquête sur ces faits, il avait été blanchi en 2015, le procureur ayant alors affirmé que les fonds étaient un don personnel de la famille royale saoudienne.

Alors que les accusations se multipliaient à son égard, Najib Razak avait pris un tournant plus autoritaire, évinçant les critiques du gouvernement et faisant voter des lois destinées, selon les analystes, à réduire au silence toute opposition.

Najib Razak va être présenté à la justice jeudi et sera mis en examen sur la base de ces accusations, a annoncé la Commission anti-corruption.

- 4,5 milliards de dollars détournés -

L'ex-Premier ministre et ses proches sont accusés d'avoir utilisé les fonds détournés pour acheter une grande quantité de biens, comme des oeuvres d'art, des sacs à main de luxe, des montres ou des propriétés aux Etats-Unis.

Le département d'Etat américain à la Justice, qui cherche à récupérer des biens acquis illégalement, estime que 4,5 milliards de dollars au total ont été détournés de ce fonds.

Pour James Chin, expert de la Malaisie de l'Université de Tasmanie, cette mise en détention est "plus significative" que les précédentes.

"Je pense que les Malaisiens vont êter très, très contents. Certains se plaignaient que le gouvernement n'avançait pas assez rapidement sur l'affaire 1MDB", a-t-il expliqué à l'AFP.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2018 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2018 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.