DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Dopage/Russie: l'agence canadienne antidopage demande une réforme de l'AMA

Vous lisez:

Dopage/Russie: l'agence canadienne antidopage demande une réforme de l'AMA

Dopage/Russie: l'agence canadienne antidopage demande une réforme de l'AMA
Taille du texte Aa Aa

Le Centre canadien pour l'éthique dans le sport (CCES), en charge de la lutte antidopage au Canada, a réagi jeudi à la levée des sanctions contre la Russie en réclamant une réforme de l'Agence mondiale antidopage (AMA).

"Il est temps pour tous ceux et celles qui croient aux valeurs du sport et qui les placent avant les intérêts politiques et économiques d’exiger publiquement une réforme du sport international", indique le CCES dans un communiqué.

"Cela commence par une réforme de l’AMA. Par l’élimination du conflit d’intérêts inhérent à l’AMA. Par le retrait du CIO de l’AMA afin que celle-ci puisse réglementer le dopage de façon indépendante. Et, surtout, par la mobilisation et l’écoute des athlètes que l’AMA sert. Le CCES luttera pour ces réformes au nom de tous les athlètes canadiens, a-t-il ajouté.

Le CCES a regretté la décision de l'AMA de réintégrer l'agence russe antidopage, suspendue depuis novembre 2015 pour son implication dans le système de dopage d'Etat dans le sport russe entre 2011 et 2015.

"Les athlètes propres du monde entier seront scandalisés par la décision du Comité exécutif de l’AMA", note le CCES, qui accuse l'AMA d'avoir agi "en secret et avec un manque total de transparence".

"L’AMA a essentiellement dit aux athlètes du monde qu’elle se fiche de leur droit de concourir à chances égales", estime le CCES.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2018 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2018 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.