EventsÉvènementsPodcasts
Loader

Find Us

PUBLICITÉ

Kim souhaite un deuxième sommet avec Trump "à une date rapprochée", selon le président sud-coréen

Kim souhaite un deuxième sommet avec Trump "à une date rapprochée", selon le président sud-coréen
Tous droits réservés 
Par AFP
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2024 - Agence France-Presse.
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2024 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.

Le dirigeant nord-coréen Kim Jong Un espère la tenue prochaine d'un deuxième sommet avec le président américain Donald Trump, a affirmé jeudi le président sud-coréen Moon Jae-in à son retour d'une visite de trois jours au Nord.

"Le président Kim Jong Un a exprimé l'espoir d'un deuxième sommet avec le président Trump à une date rapprochée", a déclaré M. Moon à la presse à Séoul.

MM. Trump et Kim se sont rencontrés le 12 juin à Singapour lors d'un sommet historique qui avait notamment été l'occasion pour le premier de prendre un engagement vague en faveur de la dénucléarisation de la péninsule.

Depuis lors, Washington et Pyongyang s'opposent cependant sur le sens à donner à cette terminologie, les Etats-Unis évoquant avec persistance la dénucléarisation de la seule Corée du Nord.

Le Nord avait dénoncé les méthodes de "gangster" des Américains, accusés de vouloir obtenir son désarmement unilatéral sans faire de concession à chaque étape et sans alléger la pression ni les sanctions.

Le processus était dans l'impasse jusqu'à ce que M. Moon se rende mardi au Nord pour sa troisième série d'entrevues avec M. Kim depuis le début de l'année.

Le dirigeant nord-coréen a accepté mercredi de fermer le site de tests de moteurs de missile et le pas de tirs de Tongchang-ri en présence d'experts internationaux. Une annonce que les Etats-Unis ont saluée en se disant prêts à des discussions immédiates visant à dénucléariser la Corée du Nord d'ici trois ans.

Pyongyang a également évoqué la fermeture de son complexe nucléaire de Yongbyon si Washington prenait "des mesures correspondantes".

Il s'agit d'une condition importante mais cette déclaration signée à l'issue du troisième sommet intercoréen en six mois a apparemment suffi à débloquer le processus de discussions nucléaires avec Washington qui patinait depuis des semaines.

Le président américain Donald Trump a salué des "progrès extraordinaires". Son secrétaire d'Etat Mike Pompeo a expliqué avoir parlé à son homologue nord-coréen Ri Yong Ho et l'avoir invité à le rencontrer en marge de l'Assemblée générale de l'ONU à New York la semaine prochaine.

Evoquant les "engagements importants" du régime nord-coréen, il a expliqué que Washington était prêt à relancer "immédiatement des négociations" afin d'achever la dénucléarisation de la Corée du Nord d'ici janvier 2021, soit la fin du mandat de Donald Trump.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Trois touristes disparus sont retrouvés morts en une semaine sur des îles grecques

Russie : prise d'otages dans une prison, ravisseurs tués suite à l'assaut des forces de l'ordre

Manifestation pour la libération des otages du Hamas à Tel-Aviv, l'armée israélienne annonce une "pause tactique" pour les livraisons d'aide à Gaza