DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

USA: le sort du numéro 2 de la Justice en suspens

Vous lisez:

USA: le sort du numéro 2 de la Justice en suspens

Taille du texte Aa Aa

Numéro 2 du ministère américain de la Justice et supervisant l'enquête russe, Rod Rosenstein aurait suggéré en 2017 que Donald Trump était incompétent et devait être écarté. Il a rendez-vous jeudi à la Maison Blanche pour une franche explication et saura alors si c'est lui qui doit quitter ses fonctions.

Pendant plusieurs heures lundi, les rumeurs et "scoops" sur une démission ou un limogeage ont déferlé autour de ce haut responsable, dans le viseur de la Maison Blanche depuis la publication vendredi de ces informations.

Réactions politiques indignées et inquiétude des marchés: l'effervescence autour du sort de ce quinquagénaire au profil pourtant plutôt gris s'explique par sa position cruciale: il supervise l'enquête du procureur Robert Mueller sur une éventuelle collusion entre l'équipe Trump et Moscou lors de la campagne électorale de 2016.

Son départ ouvrirait donc une période d'incertitude sur cette enquête, qualifiée de "chasse aux sorcières" par Donald Trump car elle plombe sa présidence.

La Maison Blanche a finalement mis un terme provisoire aux spéculations, en indiquant qu'il restait à son poste... au moins pour l'instant.

Donald Trump et Rod Rosenstein ont eu, à la demande de ce dernier, "une longue conversation pour évoquer les récents articles de presse", a indiqué la porte-parole de la Maison Blanche, Sarah Sanders.

Les deux hommes se rencontreront jeudi à Washington au retour du président américain, en déplacement à New York. Donald Trump a dit avoir "hâte" de le recevoir.

"Nous allons clarifier ce qu'il se passe. Nous voulons de la transparence", a-t-il ajouté devant des journalistes.

- "Inexact" -

Vendredi, Rod Rosenstein avait fermement démenti avoir évoqué en 2017, lors d'une réunion interne, la possibilité d'écarter le président Donald Trump du pouvoir pour inaptitude à la fonction, en activant le 25e amendement de la Constitution américaine, comme l'affirmait le New York Times.

Le journal s'appuyait sur plusieurs sources, soit informées directement de ces discussions, soit ayant consulté des notes prises par des agents du FBI présents lors de ces discussions.

Rod Rosenstein a d'autre part affirmé n'avoir jamais envisagé d'enregistrer le président à son insu, comme l'avançait le New York Times. Cet article est "inexact", a martelé ce procureur de métier, âgé de 53 ans.

Le ministère de la Justice a laissé entendre qu'une plaisanterie de M. Rosenstein avait en fait été mal comprise.

C'est lui qui avait nommé, en mai 2017, l'ex-chef respecté du FBI Robert Mueller pour diriger l'enquête ultra-sensible sur les soupçons de collusion entre l'équipe de campagne de Donald Trump et Moscou avant l'élection de 2016.

Seul habilité à le limoger depuis que le ministre de la Justice Jeff Sessions s'est récusé de l'enquête, il sert depuis de pare-feu et le protège des foudres de Donald Trump.

Si M. Rosenstein finit par quitter son poste, l'enquête du procureur Mueller passera temporairement sous la direction de l'avocat du gouvernement fédéral devant la Cour suprême, Noel Francisco. Un juriste conservateur pro-républicain.

La Maison Blanche serait ensuite chargée de nommer son remplaçant. Si les nominations de ses hauts responsables sont politiques, le ministère de la Justice est toutefois considéré aux Etats-Unis comme le garant de l'indépendance des juges.

- Enquête "en danger" -

Les rumeurs sur le départ de M. Rosenstein ont donc déclenché une multitude de réactions inquiètes.

S'il était confirmé, je serais "profondément inquiet" pour la poursuite de l'enquête de Robert Mueller, a réagi Andrew McCabe, ex-directeur par intérim du FBI, dont les notes ont pu servir aux révélations du New York Times.

Rod Rosenstein "ne doit en aucun cas démissionner. Cela mettrait l'enquête Mueller encore en plus grand danger", a martelé sur Twitter Adam Schiff, un influent élu démocrate.

"Je m'inquiète beaucoup des informations selon lesquelles M. Rosenstein pourrait être poussé à la démission ou être limogé", a confié Susan Collins, une sénatrice républicaine modérée.

Signe du tourbillon qui agite Washington, la réunion jeudi à la Maison Blanche devrait coïncider avec l'audition très attendue du candidat conservateur à la Cour suprême, Brett Kavanaugh, et d'une femme qui l'accuse d'agression sexuelle.

"Il s'agit d'une coïncidence utile", analyse le politologue Larry Sabato. La Maison Blanche "veut détourner l'attention de cette audition, ça ne fait aucun doute".

Derrière Rod Rosenstein, c'est aussi l'avenir du ministre de la Justice, Jeff Sessions, qui apparaît incertain. Peu après l'arrivée de Donald Trump à la Maison Blanche, en janvier 2017, il avait décidé de se récuser de toute enquête touchant à la Russie à cause de ses rencontres avec l'ambassadeur russe en pleine campagne présidentielle.

Jeff Sessions fait depuis l'objet de moqueries et critiques acerbes continues de Donald Trump.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2018 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2018 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.