DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Dijon: Gourcuff et Lyon, son cauchemar

Vous lisez:

Dijon: Gourcuff et Lyon, son cauchemar

Dijon: Gourcuff et Lyon, son cauchemar
Taille du texte Aa Aa

Arrivé discrètement cet été à Dijon, Yoann Gourcuff pourrait, mercredi, retrouver Lyon, club où il a connu le plus grand trou de sa carrière, lors de la 7e journée de Ligue 1... à condition qu'il joue.

Car le milieu, qui a ressenti une gêne musculaire la semaine dernière, était forfait pour le déplacement à Reims (0-0) samedi.

Le début d'exercice est compliqué: Gourcuff, qui a repris l'entraînement lundi après-midi, ne cumule que 46 minutes de jeu depuis le début de la saison, dont 28 pour le seul match contre Angers (1-3), le 15 septembre...

Pas de quoi satisfaire encore l'attente du public du stade Gaston-Gérard pour ce joueur au potentiel inexploité durant l'essentiel de sa carrière.

- Quinze blessures à l'OL -

A 32 ans, le fils de Christian Gourcuff, formé à Rennes où il a débuté en professionnel (2003-2006, 80 matches, 6 buts), n'a brillé que durant une saison et demie sous les couleurs de Bordeaux, avec qui il a été champion de France (2009).

Son passage entretemps à l'AC Milan a été bien moyen (2006-2008, 53 matches, 3 buts). Et son transfert à Lyon en août 2010, pour 22 millions d'euros (4 M EUR de bonus) et un salaire mensuel de 400.000 euros sur cinq ans de contrat, a surtout été retentissant sur le plan financier.

L'Olympique lyonnais souhaitait capitaliser sur son image et créer une marque autour de son nom, en espérant qu'il mène de nouveau l'équipe vers les sommets, le dernier titre datant de 2008. Mais, au final, il n'a disputé que 90 matches en cinq ans - dont 23 seulement sans quitter le terrain - pour un coût par saison de 11,5 millions d'euros (salaires, charges, amortissement).

Un fiasco pour un joueur blessé à quinze reprises au talon d'Achille, aux adducteurs, au genou, aux chevilles, à un ongle de pied, une cuisse, aux côtes, au dos, avec un accident domestique en prime... Des indisponibilités qui ont rendu fou le corps médical de l'OL face à l'impatience, légitime, du président du club, Jean-Michel Aulas.

En 2015, Gourcuff, rétif aux obligations médiatiques - il ne s'est rendu qu'une fois en cinq ans sur le plateau d'OLTV et n'a jamais digéré sa présentation devant 15.000 personnes au stade de Gerland -, quittait l'OL en fin de contrat, sans indemnité de transfert, pour retrouver Rennes pendant trois ans.

Toujours en pointillé: la saison dernière, il n'a disputé que dix matches en Ligue 1 (1 but) dont seulement une mi-temps contre l'OL.

- "Prendre du plaisir" -

"Certainement l'attente était trop grande à Lyon", a-t-il confié en juin au quotidien Ouest-France.

"Je suis un joueur qui s'inscrit dans le collectif alors que l'on attendait peut-être de moi que je résolve les problèmes. J'ai fait ce que j'ai pu. Je me suis donné à fond. Il y avait un environnement qui n'était pas favorable."

A Dijon, le joueur cultive la même discrétion. Les supporters ont longtemps dû se contenter d'une vidéo postée sur le site internet du club pour connaître son sentiment sur son arrivée en Bourgogne.

Lors de sa première conférence de presse avec le DFCO, le 7 septembre, il a évoqué le "plaisir à voir évoluer cette équipe et la bonne atmosphère qui règne au club". "On y joue bien au ballon, dans un esprit collectif, les uns pour les autres. Cette façon de procéder a été un élément très important pour moi et je veux prendre du plaisir", a-t-il ajouté, espérant "avoir progressivement plus de temps de jeu".

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2018 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2018 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.