DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Fifa: le TAS épingle Valcke pour son usage de jets privés

Vous lisez:

Fifa: le TAS épingle Valcke pour son usage de jets privés

Fifa: le TAS épingle Valcke pour son usage de jets privés
Taille du texte Aa Aa

Le Français Jérôme Valcke, ancien secrétaire général de la Fifa, suspendu 10 ans pour corruption, utilisait régulièrement des jets privés pour lui et sa famille et a profité de sa position pour aider son fils à décrocher un juteux contrat, selon les conclusions du Tribunal arbitral du sport (TAS).

Egalement mis en cause dans une affaire de revente de billets du Mondial-2014, Valcke avait été suspendu 12 ans par la commission d'éthique de la Fifa. Cette peine a été réduite à 10 ans en appel et confirmée par le TAS le 27 juillet.

Entre janvier 2011 et septembre 2013, les vols en jets privés par des cadres de la Fifa ont coûté 11,7 M USD (9,9 M EUR), Valcke en étant en grande partie responsable, selon les attendus de la décision du TAS publiés lundi soir et qui reprennent un mémo interne datant de 2013 et adressé au Français pour lui demander de trouver des solutions "alternatives et moins coûteuses".

Durant son mandat de secrétaire général, M. Valcke "a effectué quatre voyages qui ne s'inscrivaient pas dans la politique de déplacements de la Fifa, car l'usage de jets privés ne répondait pas à des exigences de sécurité ou de réduction des coûts et parce qu'il était accompagné de membres de sa famille aux frais de la Fifa", peut-on lire.

En septembre 2012, le bras droit de Blatter, à l'occasion d'un déplacement à New Delhi, en profite pour visiter le Taj Mahal, en compagnie de sa femme et de l'un de ses fils.

- Pour ne pas être arrêté -

En juillet 2015, il se rend en jet privé à Saint-Pétersbourg pour participer à une réunion du Comité exécutif et au tirage préliminaire du Mondial-2018. Il est accompagné de son épouse, de sa fille, ses deux fils et de la nounou. A bord, son fils Sébastien qu'il a fait venir de Sao Paulo à Zurich, "en business aux frais de la Fifa". Le surcoût est évalué par la Fifa à "environ 71.699 USD qui n'ont pas été déduits du salaire de M. Valcke".

S'il a utilisé un jet privé, c'est pour répondre "aux directives de Sepp Blatter de ne pas voyager sur des vols commerciaux pour éviter d'être arrêté", explique Valcke. Quelques mois auparavant, des responsables du football mondial avaient été arrêtés à Zurich, déclenchant le pire scandale de corruption de l'histoire de la Fifa.

Valcke est également sanctionné pour "conflit d'intérêt" pour avoir abusé de sa position en aidant son fils Sébastien à obtenir une juteuse rémunération, dans le cadre d'un contrat de 709.000 USD entre la Fifa et la société EON, pour l'utilisation d'une prestation de réalité virtuelle durant le Mondial au Brésil. Valcke a notamment communiqué à son fils des courriels internes à la Fifa.

L'ancien journaliste de Canal+ a également été reconnu coupable d'avoir "détruit des preuves". Il a ainsi reconnu avoir "supprimé 1034 documents ou fichiers de son ordinateur professionnel" entre le 24 septembre et le 11 octobre 2015, la veille de rendre son ordinateur à la Fifa après avoir été mis à pied puis suspendu. Il avait également "tenté sans succès d'installer un logiciel de suppression de documents".

M. Valcke, ainsi que Nasser Al-Khelaïfi, président du Paris SG et président directeur général de beIN Media, font par ailleurs l'objet d'une procédure pénale de la justice suisse pour "corruption privée" en lien avec l'octroi de droits média pour plusieurs Coupes du monde de football.

Agé de 57 ans, Valcke est désormais installé dans la région de Barcelone où il a créé la société OMV Frontline, spécialisée dans l'événementiel sportif ou lié à la mode.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2018 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2018 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.