DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Cyclisme: Rohan Dennis champion du monde du contre-la-montre

Vous lisez:

Cyclisme: Rohan Dennis champion du monde du contre-la-montre

Cyclisme: Rohan Dennis champion du monde du contre-la-montre
Taille du texte Aa Aa

Maître du chrono, l'Australien Rohan Dennis est devenu champion du monde de l'exercice, mercredi, à Innsbrück, devant le vainqueur sortant, le Néerlandais Tom Dumoulin, usé par une longue saison.

Quand Chris Froome et Geraint Thomas, les Britanniques qui l'ont devancé respectivement au Giro et au Tour, jouissent de leurs vacances, Dumoulin est encore sur le vélo pour les Mondiaux. Mais, à l'inverse de l'année passée, le Néerlandais, un vrai modèle pour le style, cumule les deuxièmes places.

Le contre-la-montre d'Innsbrück ajoute à la série. Déjà deuxième par équipes, dimanche, avec la Sunweb, il a ajouté une nouvelle médaille d'argent dans l'exercice individuel. Encore s'en est-il fallu de 53 centièmes de seconde que le Belge Victor Campenaerts le relègue à la troisième place.

Devant le Palais impérial d'Innsbrück, la supériorité du jour de Dennis n'a fait aucun doute. Le champion d'Australie, qui a roulé à 49,6 km/h malgré un dénivelé positif de 520 mètres sur le parcours, a repoussé Dumoulin à 1 min 21 sec au terme des 52,1 kilomètres.

"J'étais en chasse de ce maillot depuis les juniors", s'est félicité Dennis, qui n'était encore jamais monté sur le podium du contre-la-montre en élite bien qu'il figure parmi les meilleurs spécialistes depuis plusieurs années.

L'Australien, qui est âgé de 28 ans, a déjà porté le maillot de leader des trois grands tours (Giro, Tour, Vuelta). Dans chacun d'eux, il a aussi gagné au moins un "chrono". Ses deux victoires dans la Vuelta le plaçaient d'ailleurs en première ligne dans les pronostics.

- Remerciements à McGee -

"J'avais de très bonnes sensations depuis le contre-la-montre par équipes", a reconnu le nouveau champion du monde, qui s'était classé troisième, dimanche, avec la BMC.

Tout à sa joie, Dennis n'a pas voulu se projeter trop en avant. A une question sur le record de l'heure qu'il a détenu pendant quelques mois en 2015 avant d'être détrôné par les Britanniques Alex Dowsett puis Bradley Wiggins, il a éludé: "Je veux profiter du maillot l'an prochain, on verra après."

En 2019, l'Australien changera quoi qu'il en soit de tenue puisqu'il s'est engagé pour les deux prochaines saison dans l'équipe Bahrein. Pour l'ancien pistard, deux fois champion du monde de poursuite par équipes avec sa sélection nationale (2010 et 2011), l'année est au changement après quatre saisons et demie dans l'équipe BMC.

A Innsbrück, Dennis a vite coupé court au suspens. Sous le soleil automnal, il a rejoint et dépassé les deux coureurs partis avant lui (à 1 min 30 sec d'écart), l'Espagnol Jonathan Castroviejo et le Belarusse Vasil Kiryienka, qui ont pris place pourtant dans les dix premiers au classement final.

Après son succès, l'Australien a pris soin de remercier le coach Bradley McGee, le premier maillot jaune du Tour du Centenaire en 2003. "Il m'a très bien conseillé, j'ai pu rester calme", a souligné Dennis.

McGee, ancien pistard lui aussi, était l'un des meilleurs rouleurs des années 2000. Mais ce n'est pas lui qui figurait au palmarès en tant que dernier lauréat australien. Le prédécesseur de Dennis s'appelle Michael Rogers, trois fois titré de 2003 à 2005 (avant l'ère Cancellara) et désormais retraité.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2018 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2018 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.