DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Mondial-2006: le conte de fées qui a viré au scandale

Vous lisez:

Mondial-2006: le conte de fées qui a viré au scandale

Mondial-2006: le conte de fées qui a viré au scandale
Taille du texte Aa Aa

L'Allemagne a-t-elle acheté des voix pour obtenir l'organisation du Mondial-2006? Une enquête est toujours en cours, qui vise notamment l'idole du foot allemand Franz Beckenbauer, et noircit inévitablement le tableau de la candidature allemande à l'Euro-2024.

Pendant presque une décennie, le Mondial-2006 n'a été pour les Allemands qu'un "conte d'été". Merveilleux souvenir d'un mois de fête autour d'une organisation parfaite et d'un tournoi réussi.

Mais en 2015, l'hebdomadaire d'investigation Der Spiegel a jeté un énorme pavé dans la mare, accusant l'Allemagne d'avoir utilisé un fonds secret de 10 millions de Francs suisses (6,7 millions d'euros de l'époque) pour acheter des voix et obtenir l'organisation de ce Mondial, au détriment de l'Afrique du Sud.

Le "Kaiser" Beckenbauer est au coeur de l'affaire en tant que président du comité de candidature puis d'organisation du Mondial-2006. C'est lui qui aurait demandé à l'ancien patron d'Adidas, le défunt Robert Louis-Dreyfus, d'alimenter ce fonds peu avant l'été 2000, période à laquelle s'est faite l'attribution de la Coupe du monde 2006.

En 2016, un rapport d'experts - le cabinet Freshfields - mandaté par la Fédération allemande (DFB) a renforcé le doute en affirmant: "Nous n'avons pas trouvé de preuve d'achat de votes mais nous ne pouvons l'exclure".

Certains délégués de la Fifa, au moment de l'attribution de la Coupe du monde, semblent en effet avoir soudainement et au dernier moment changé leur vote en faveur de l'Allemagne, qui l'avait finalement emporté de justesse 12 voix contre 11 à l'Afrique du Sud.

- Le "Kaiser" poursuivi -

Les justices allemande et suisse se sont saisies de l'affaire et ont lancé leurs propres investigations.

Le "Kaiser" Beckenbauer, la légende du football allemand, est poursuivi depuis 2016 pour gestion déloyale, escroquerie et blanchiment d'argent. Trois autres membres du comité d'organisation étaient poursuivis avant lui dans la même procédure: Theo Zwanziger et Wolfgang Niersbach, tous deux anciens présidents de la Fédération allemande de football (DFB), et Horst-Rudolf Schmidt, ancien secrétaire de la DFB.

Au coeur des investigations, la "cagnotte secrète" de 10 millions de Francs suisses, qui devait servir officiellement à financer une soirée de gala. La justice suisse "soupçonne les prévenus d'avoir su que ce montant ne devait pas servir à financer cette soirée", avait indiqué la justice suisse en lançant son enquête en 2016.

Le rapport du cabinet Freshfields établit que les fonds provenaient bien des comptes de Louis-Dreyfus, et que ces fonds sont arrivés sur le compte d'une société au Qatar, qui "selon des informations de presse est sous l'influence de Mohamed bin Hammam", un ex-membre du comité exécutif de la Fifa banni à vie du football en 2011 pour corruption.

Par ailleurs six autres millions de Francs suisses ont été versés au Qatar, depuis un compte contrôlé par Beckenbauer et l'un de ses conseillers. La somme leur a ensuite été restituée.

Ces virements ont été faits en 2002, soit deux ans après l'attribution du Mondial à l'Allemagne.

Le rapport Freshfields confirmait par ailleurs que la DFB avait remboursé Louis-Dreyfus, via une fausse prestation.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2018 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2018 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.