DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Affaire Kavanaugh : vote préliminaire au Sénat, après des auditions dans un climat passionnel

Vous lisez:

Affaire Kavanaugh : vote préliminaire au Sénat, après des auditions dans un climat passionnel

Brett Kavanaugh a clamé son innocence et dénoncé une "honte nationale"
@ Copyright :
Andrew Harnik
Taille du texte Aa Aa

La candidature à la Cour suprême du juge Brett Kavanaugh doit être soumise vendredi à un vote préliminaire au Sénat américain, au lendemain des auditions de son accusatrice, sûre "à 100%" d'avoir été agressée dans sa jeunesse, et du magistrat, qui a de nouveau clamé son innocence.

Deux vérités irréconciliables se sont heurtées jeudi lors des auditions devant les sénateurs de la commission judiciaire

L'accusatrice, Christine Blasey Ford, tout en retenue, et le candidat de Donald Trump à la Cour suprême, tout en indignation, ont été entendus sous serment pendant de longues heures, lors d'une audience historique et d'une intensité rare retransmise sur des millions d'écrans.

Dans la foulée, la commission judiciaire de la chambre haute du Congrès -composée de 11 républicains et 10 démocrates- prévoit de se prononcer en début de journée vendredi, afin de transmettre sa recommandation pour un vote en séance plénière les jours suivants. Les Républicains disposent au Sénat d'une courte majorité de 51 sièges contre 49 pour les démocrates.

"Nous allons voter en matinée (vendredi) et aller de l'avant", a confié à des journalistes le chef des républicains au Sénat, Mitch McConnell.

Mais l'association des avocats américains (American Bar Association, ABA), principale organisation de la profession, a demandé un report du vote en attendant une enquête du FBI, arguant qu'une nomination à la Cour suprême "est tout simplement trop importante pour se précipiter vers un vote".

"Décider d'aller de l'avant sans mener une enquête complémentaire non seulement aurait un impact durable sur la réputation du Sénat, mais affecterait également la grande confiance que les Américains doivent nécessairement avoir dans la Cour suprême", selon une lettre du président de l'ABA aux principaux membres de la commission diffusée par les médias américains.

Plusieurs sénateurs ont fait part de leur indécision dans cette affaire après les auditions de jeudi. Les démocrates ont regretté à plusieurs reprises que le FBI n'ait pas pu mener d'enquête sur les accusations de Mme Blasey Ford. Une partie de la presse estimait aussi prématuré d'organiser un vote vendredi.

S'il ne risque pas de condamnation, le juge Kavanaugh joue gros à une époque marquée par une prise de conscience des dommages infligés aux femmes par les violences sexuelles, symbolisée par le mouvement #MeToo.

M. Trump a réaffirmé jeudi soir son soutien à son candidat. "Son témoignage était puissant, honnête et captivant", a-t-il tweeté, en appelant le Sénat à passer rapidement au vote.

Le Sénat est, selon la Constitution, chargé de donner son feu vert pour les postes à vie au sein de la plus haute juridiction des Etats-Unis, arbitre des questions de société les plus épineuses comme le droit à l'avortement, le mariage homosexuel ou la régulation des armes à feu.

- "Rire bruyant"

Christine Blasey Ford, universitaire de 51 ans, fut la première à remonter le temps pour décrire une soirée de l'été 1982 qui, a-t-elle dit, a "radicalement" changé sa vie.

Elle n'avait que 15 ans quand elle s'est retrouvée à une soirée improvisée entre lycéens, dans la banlieue de Washington. Alors qu'elle allait aux toilettes, Brett Kavanaugh et son ami Mark Judge, "totalement ivres" l'ont isolée dans une chambre, a-t-elle raconté avec une émotion difficilement contenue.

Après l'avoir poussée sur un lit, le futur juge se serait jeté sur elle, tentant de la déshabiller tout en la touchant partout sur le corps. "Je croyais qu'il allait me violer", a-t-elle assuré.

Questionnée sur la possibilité qu'elle puisse se tromper d'agresseur, l'universitaire s'est dite "absolument" sûre qu'il s'agissait bien de Brett Kavanaugh. "A 100%".

Un autre souvenir restera "indélébile", a-t-elle ajouté: "Le rire, le rire bruyant des deux" garçons.

- "Détruite à jamais" -

"Je n'ai jamais agressé sexuellement quiconque, ni au lycée, ni à l'université", a rétorqué Brett Kavanaugh, réfutant point par point les accusations de Mme Blasey Ford et soulignant les imprécisions de son témoignage.

Visiblement très en colère, parfois submergé par l'émotion, il a estimé que son processus de confirmation était devenu "une honte nationale", affirmant: "ma famille et ma réputation ont été détruites à jamais".

Dénonçant un "coup monté", il a assuré qu'il ne céderait pas aux appels à se retirer.

Les sénateurs démocrates, qui ont tous loué le "courage" de Mme Blasey Ford, ont passé le juge au gril sur son amitié avec Mark Judge ou sa consommation d'alcool.

Certes, "j'ai probablement bu trop de bière à l'occasion", a-t-il concédé, mais "je n'ai jamais eu de trou noir".

- "Un enfer" -

Les républicains, uniquement des hommes dans la commission, avaient, eux, délégué la tâche à une procureure spécialisée dans les affaires de violences sexuelles, Rachel Mitchell.

L'objectif était de ne pas reproduire l'effet désastreux d'une audition de 1991 durant laquelle une femme accusant de harcèlement sexuel un précédent candidat à la Cour suprême n'avait été interrogée que par des hommes, sur un ton agressif.

Plusieurs républicains ont toutefois soutenu M. Kavanaugh durant l'audition. "Vous vivez un enfer et vous n'avez pas à vous excuser de quoi que ce soit", lui a lancé Lindsey Graham.

Son image de conservateur, catholique, bon père de famille, a été sérieusement écornée par le témoignage de Mme Blasey Ford et de deux autres femmes sorties de l'ombre dans la foulée pour l'accuser de comportements sexuels inappropriés.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2018 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2018 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.