DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Stade Français-Racing: Fickou-Vakatawa, enjeu central

Vous lisez:

Stade Français-Racing: Fickou-Vakatawa, enjeu central

Stade Français-Racing: Fickou-Vakatawa, enjeu central
Taille du texte Aa Aa

Un match dans le derby: les centres Gaël Fickou et Virimi Vakatawa, opposés dimanche lors de Stade Français-Racing 92, sont en concurrence pour un billet dans le groupe du XV de France qui participera à la Coupe du monde 2019.

Au fait, centres ou ailiers ? Les deux vedettes franciliennes ont pour point commun, depuis le début de saison, d'avoir joué tous leurs matches avec le N.13, celui de second centre.

Oui, mais. Vakatawa a été "recentré" la saison dernière par son entraîneur Laurent Labit, alors que le sélectionneur Jacques Brunel l'avait laissé à l'aile avant de le délaisser (2 matches). Situation comparable pour Fickou, centre de métier mais qui a dépanné en bout de ligne lors du dernier Tournoi des six nations puis en juin en Nouvelle-Zélande.

Le technicien gersois risque d'avoir déjà changé d'avis vu les prestations du néo-Parisien depuis la reprise: auteur de doublés décisifs contre Toulon (37-10) et Pau (25-13), Fickou dynamite les défenses adverses avec 5 essais lors de ses 4 premiers matches.

- "Tu es trop gros" -

L'encadrement méticuleux du Stade Français y prend sa part de mérite. Notamment lorsque Fickou enrhuma de belle manière Guilhem Guirado sur son second essai contre le RCT. "Mike Prendergast (l'entraîneur des trois-quarts) m'a répété: si tu vois trois avants, joue-le. Tu fais beaucoup de passes mais il faut jouer tes duels, tu as les qualités pour le faire".

Le directeur sportif Heyneke Meyer, obsédé par la condition physique de ses troupes, a façonné un nouveau Fickou, plus affûté. "J'ai vu des vidéos de lui jeune: il était rapide, il pouvait franchir l'adversaire. Je lui ai dit: +tu es trop gros et tu as perdu du rythme+. Il a vraiment travaillé dur en salle de musculation", se satisfait l'ancien sélectionneur de l'Afrique du Sud.

L'ex-Toulousain s'est délesté de 5 ou 6 kilos, passant de 101-103 à 95-96 unités. "Je lui avais dit qu'il ne fallait pas qu'il me lâche par rapport à cela parce que je savais que ça allait être la clé", dit Fickou en appréciant son "explosivité" actuelle.

Fickou est également bien dans sa tête: "La mentalité du club est top. Quand on se sent bien dans un club, c'est plus facile de jouer." Malgré son mois de retard sur le reste de l'effectif après la tournée en Nouvelle-Zélande, le Toulonnais d'origine s'est vite acclimaté à la capitale, et elle le lui rend bien: le stade Jean-Bouin criait déjà son nom contre Toulon.

- Vakatawa, "repositionnement définitif" -

Vakatawa aussi a repris avec du retard, mais ce n'est pas de la faute à la tournée, à laquelle il a renoncé afin de se faire opérer de l'épaule: "Je ne voulais pas prendre le risque avant l'année de la Coupe du monde", expliquait-il avant le match gagné samedi contre Castres (27-11).

Le Racingman a ensuite bénéficié de deux semaines de vacances supplémentaires dans son pays d'origine, les Fidji. "Il avait besoin de se reposer, se ressourcer pour une grosse saison avec un repositionnement définitif au centre", explique à l'AFP son entraîneur Laurent Labit.

Définitif, vraiment ? "Cela veut dire que son objectif personnel d'aller à la Coupe du monde, c'est sur un autre poste (que celui d'ailier)", poursuit Labit. Malgré, outre la concurrence de Fickou, les Wesley Fofana, Mathieu Bastareaud voire Geoffrey Doumayrou qui partent avec une longueur d'avance.

Brunel serait en passe d'être convaincu, selon Labit. "L'an dernier, il était vraiment sceptique et me disait: +moi c'est qu'à l'aile, au centre j'ai ce qu'il faut+. Mais il a été agréablement surpris lors de notre fin de saison. Il est revenu hier (lundi) avec Jean-Baptiste Elissalde (entraîneur des arrières du XV de France), il voit bien le début de saison de Virimi (4 essais en 4 matches, NDLR), l'importance qu'il peut avoir. Ce sera son casse-tête à lui."

D'autant que Vakatawa fait la paire avec Henry Chavancy, autre postulant à un billet d'avion pour le Japon. Le tandem a ses automatismes, un plus pour leur candidature. Et dire que Fickou a failli s'engager avec le Racing... "Cela fait partie des gros duels qu'on peut attendre dimanche", acquiesce Labit.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2018 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2018 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.