DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Ryder Cup: clapping, huées, fébrilité... Le Tee 1 fidèle à sa réputation

Vous lisez:

Ryder Cup: clapping, huées, fébrilité... Le Tee 1 fidèle à sa réputation

Ryder Cup: clapping, huées, fébrilité... Le Tee 1 fidèle à sa réputation
Taille du texte Aa Aa

L'Américain Patrick Reed hué, comme d'habitude, les Européens acclamés par plus de 6.000 fans surexcités en tribunes, séances de clapping, rookies aux jambes chancelantes... L'ambiance n'a pas déçu au Tee 1 vendredi matin pour le début de la Ryder Cup au Golf National de Saint-Quentin-en-Yvelines.

"Booooo!!!", "Too bad".... Chaque coup des Américains finissant dans le rough ce vendredi matin, ou alors à quelques centimètres de l'eau comme celui de Tony Finau, a été salué bruyamment par le public européen au départ du premier trou du parcours. Comme d'ailleurs l'annonce des équipes US. Même Tiger Woods, que l'on aurait pu croire épargné, n'a pas été ovationné. Son nom a lui aussi accompagné de huées plutôt destinées à son compatriote Patrick Reed, qui ne jouit pas d'une grande popularité de façon générale.

A l'inverse, les paires européennes ont eu droit à des ovations répétées, avec un public surchauffé par des séances de clapping lancées par certains joueurs comme Tommy Fletwood, le capitaine européen Thomas Bjorn, et même.. Jim Furyk, son homologue américain.

- "Get in the hole" -

Mais le public golfique sait se tenir. Avant chaque coup, un silence assourdissant, ponctué du fameux "Get in the hole" ("mets-la dans le trou"), hurlé, dès que la balle s'élève, par plusieurs spectateurs.

Et comme annoncé, certains n'ont pas forcément brillé dans cet exercice si particulier. Si Tony Finau, qui a eu le privilège de lancer cette édition de la Ryder Cup pour son baptême, a fini tout près de l'eau, un autre rookie européen Thorbjorn Olesen a lui plongé dedans.

Un coup dont il se souviendra inévitablement. Tony Fleetwood a lui fini dans le rough... Un moindre mal, mais évidemment pas le meilleur coup pour lancer sa partie.

Ce moment, pour les joueurs, a la réputation d'être étouffant, mélangeant l'excitation et la nervosité, qui parfois peut tétaniser. Cette année, la gigantesque tribune de 6.200 places située juste derrière l'aire de départ, la plus grande de l'histoire de la Ryder Cup, ajoute à la pression du moment.

"C'est le truc qu'on attend tous les deux ans quand on assiste à une Ryder Cup. C'est le moment de la semaine ce Tee 1 du vendredi, c'est là que tout se passe. Il y a l'ambiance, les chansons. C'est vraiment particulier et là le public a vraiment répondu présent", a commenté Grégory Havret, l'un des assistants de Thomas Bjorn, après les départs.

L'Espagnol José Maria Olazabal résume assez bien le sentiment qui peut traverser les joueurs à ce moment précis: "Si vous n'avez pas les jambes qui tremblent c'est que vous êtes déjà mort".

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2018 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2018 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.