DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Top 14: Et à la fin, c'est encore Castres qui gagne à Toulouse 

Vous lisez:

Top 14: Et à la fin, c'est encore Castres qui gagne à Toulouse 

Les joueurs de Castres lors de la victoire à Toulouse le 29 septembre 2018
@ Copyright :
PASCAL PAVANI
Taille du texte Aa Aa

Et de cinq! Le Castres Olympique, longtemps mené au score par Toulouse, s'est finalement imposé (26-22), enchaînant ainsi une cinquième victoire de rang face à son prestigieux voisin, samedi à l'occasion de la 6e journée de Top 14.

Si toutes les séries ont une fin, celle du CO n'est pas terminée et Castres peut même s'enorgueillir d'enchaîner une troisième victoire de rang sur la pelouse d'un Stade Toulousain qui n'arrive plus à faire la loi face aux Tarnais depuis deux ans maintenant.

"On est un groupe qui vit bien et c'est plus facile pour aller chercher des ressources quand c'est le cas. Notre état d'esprit c'est de ne jamais rien lâcher : on est une bande de pénibles", savoure le troisième ligne international Mathieu Babillot.

Cette deuxième défaite de rang des Haut Garonnais, la première de la saison à Ernest-Wallon, interpelle une semaine après le choix controversé du staff toulousain de largement faire tourner son effectif à Montpellier -beaucoup y voyant une impasse achevée sur une déroute (15-66)- pour optimiser la réception du champion de France sortant.

C'est raté. Et Castres fait la bonne opération de la journée en s'imposant pour la deuxième fois de la saison à l'extérieur -où il a disputé quatre de ses six premiers matches- pour désormais compter quatre unités d'avance sur Toulouse.

Il a fallu que Castres se retrouve a 14 après le carton jaune de Mathieu Babillot (32e, antijeu) pour que Toulouse prenne les devants sur une percée de Sébastien Bézy conclue sous les poteaux après une pénaltouche (10-0, 33e).

Cette supériorité numérique, Toulouse allait une nouvelle fois en profiter, juste avant le repos: une relance initiée sous ses poteaux par Maxime Médard, qui fêtait sa première apparition de la saison, a été conclue par lui-même, 100 mètres plus loin (15-3, 40e).

- Castres termine sur un 23-0 ! -

C'est sur une nouvelle percée de l'intenable Bézy que Toulouse corsait l'addition après une offrande du demi de mêlée à son jeune centre Romain Ntamack (22-3, 47e). De nouveau réduit à 14 sur cette action, après un plaquage à retardement de Dumora sur Bézy, le CO était alors dans les cordes." Nous n'avons pas été bons pendant 50 minutes mais on savait qu'en jouant on pouvait revenir", dira plus tard Joe El Abd, l'entraîneur des avants castrais.

Dans les cordes, mais pas KO. "Soit on baissait la tête, soit on faisait front et on a décidé de faire front" résume quant à lui le troisième ligne international du CO Mathieu Babillot. Après avoir laissé échapper le bonus offensif lors de leurs deux premiers matchs à domicile, face à La Rochelle et au Racing 92, les Toulousains allaient cette fois connaître une désillusion bien plus cruelle en sombrant une nouvelle fois en fin de match, à cause notamment d'un doublé de Tulou (54e, 65e) en dix minutes. Le CO revenait à 20-22 et le match était totalement relancé.

"C'est de notre faute. On a baissé la tête et on n'a jamais su la relever" enrage Sébastien Bézy, le demi de mêlée toulousain. Son entraîneur William Servat n'a pas dit autre chose: "On ne peut pas se laisser aller et perdre le match tout seul comme ça. Ce n'est pas possible."

Car à leur tour réduits à 14 (Elstadt, 70e), les Toulousains buvaient finalement le calice jusqu'à la lie quand un drop d'Urdapilleta offrait pour la première fois du match l'avantage au CO (23-22, 72e). En réussite, l'ouvreur argentin clôturait le match sur une dernière pénalité. Pour Toulouse, sonné par ce 23-0 encaissé en moins de trente minutes, la malédiction continue.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2018 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2018 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.