DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Montpellier survole un derby houleux marqué par deux interruptions

Vous lisez:

Montpellier survole un derby houleux marqué par deux interruptions

Montpellier survole un derby houleux marqué par deux interruptions
Taille du texte Aa Aa

Un grillage qui cède sous la pression de supporters en folie, deux interruptions de match, et une ambiance de braise : Montpellier, qui a sèchement battu Nîmes (3-0), est passé par toutes les émotions pour remporter le premier derby du Languedoc depuis 25 ans, dimanche.

Grâce à leur succès dans ce bouillant "derby", les Montpelliérains grimpent à le deuxième place en attendant le match de Marseille (5e, 13 points) à Lille (6e, 13 pts) à 21h00, en clôture de la 8e journée de Ligue 1.

Dominateurs, et bien meilleurs dans le jeu, ils ont eu la peau des Crocodiles grâce à des buts d'Ambroise Oyongo (28e), Andy Delort (s.p. 45+9) et Gaëtan Laborde (79e), contre des Nîmois méconnaissables, loin de leur réputation d'équipe joueuse comme de leur tradition de combattants.

Et pourtant, les supporters montpelliérains ont risqué de perdre cette victoire historique sur tapis vert en entraînant l'interruption du match pendant environ une demi-heure. La deuxième de la rencontre...

Après le but du 3-0, quelques éléments du groupe Butte Paillade ont escaladé le grillage et pénétré sur la pelouse. Les CRS sont intervenus, tout comme le président du club, Laurent Nicollin, allé parlementer avec eux pour ramener le calme.

Les ultras "voulaient traverser le terrain pour récupérer leur bâche", a expliqué le vice-président du club de Montpellier, Pierre-Marie Grappin, responsable de la sécurité.

Il s'agit de la silhouette de diable, symbole de la bâche Butte Paillade 1991, qui a été volée dans le local du groupe. Dans la culture ultra, cet étendard a une forte valeur symbolique.

- "Une grosse amende" -

Les Nîmois "ont eu le tort de sortir le diable, a poursuivi Grappin. C'est une provocation ridicule, alors qu'on menait 3-0".

Le président Laurent Nicollin pense que le MHSC "va certainement prendre un grosse amende"

Le match avait déjà été interrompu en première période pendant sept minutes quand un des grillages avait cédé sous le poids des supporters fêtant l'ouverture du score d'Oyongo, à la 28e minute de jeu. Deux personnes ont été légèrement blessées, selon la préfecture.

Coïncidence, cet accident est survenu exactement un an après que le grillage a cédé lors d'un Amiens-Lille, où 29 Lillois avaient été blessés.

Au-delà de ces incidents, les Orange et Bleus ont largement mérité leur victoire au bout d'une partition presque parfaite, orchestrée par l'excellent Florent Mollet. Très juste techniquement, le milieu a aussi signé un coup franc à la Juninho de 40 m sur la barre (72e) et la passe décisive pour la tête plongeante de Laborde.

Delort a connu beaucoup plus de déchet que Mollet, mais l'attaquant a enfin lancé sa saison avec son deuxième but en quatre jours.

Autre satisfaction pour les Montpelliérains: leur défense est toujours la meilleure de L1, avec Lille et le Paris SG (6 buts encaissés).

- Les Crocos ont craqué -

En difficulté tout le match, les Crocos ont craqué sur une mauvaise passe en retrait de Moustapha Diallo, exploitée par Ambroise Oyongo pour ouvrir le score (28e).

La Paillade s'est encore créé des occasions, mais son duo d'attaque Andy Delort (16e) et Gaëtan Laborde (24e, 45+5) manquait de précision.

Mais ils se sont rachetés. Delort a converti le penalty obtenu après consultation vidéo, pour un tirage de bras d'Anthony Briançon sur Pedro Mendes, puis Laborde a marqué d'une belle tête plongeante sur le service en or de Mollet.

Bien moins inspirés que d'habitude, les Nîmois n'ont que rarement approché Benjamin Lecomte, et le gardien montpelliérain a brillamment remporté son duel avec Christ Maouassa (45+1) sur la meilleure occasions nîmoise.

Avant le coup de sang des supporters, l'ambiance était fiévreuse mais chambreuse.

Butte Paillade a déployé une banderole rappelant avec humour que si Nîmes avait bien gagné la fameuse demi-finale de 1996, c'est bien Montpellier qui a un palmarès: Coupe de France 1990 et Ligue 1 2012.

Sur le dessin, des enfants répondent à un vieux crocodile: "C'est bon, ça fait 100 fois que tu nous la racontes", pendant qu'un Montpelliérain raconte à des jeunes les titres de La Paillade.

Les Nîmois ont répliqué sur une banderole que leurs rivaux étaient "comme votre nouvelle gare: inutile".

Après toutes les chansons hostiles des deux camps, le match s'est terminé sur "Et un, et deux et trois zéro!" Feu le président "Loulou" Nicollin aurait adoré gagner le derby 3-0! Et il aurait certainement gourmandé ses supporters...

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2018 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2018 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.