DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Ryder Cup: l'Europe triomphe, les Etats-Unis encore bredouilles à l'extérieur

Vous lisez:

Ryder Cup: l'Europe triomphe, les Etats-Unis encore bredouilles à l'extérieur

Ryder Cup: l'Europe triomphe, les Etats-Unis encore bredouilles à l'extérieur
Taille du texte Aa Aa

L'Europe a remis la main sur la Ryder Cup en surclassant les Etats-Unis, dimanche à Saint-Quentin-en-Yvelines, et la série noire se poursuit donc pour l'équipe américaine qui n'a plus gagné à l'extérieur depuis 1993.

Le score final de 17,5 à 10,5 ne reflète pas l'ambiance de ce début de dimanche après-midi, sur l'Albatros du Golf National, devant plus de 50.000 spectateurs.

Sous un soleil éclatant, les visiteurs ont bien cru qu'ils allaient réussir un come-back fantastique en engrangeant trois points et demi rapidement, dans les premières parties au menu du jour.

Leur capitaine Jim Furyk avait prévenu que son escouade devait prendre un "départ de feu" pour espérer renverser la tendance. C'est exactement ce qu'on fait trois de ses joueurs, partis le couteau entre les dents.

Justin Thomas, le meilleur Américain du week-end, a montré la voie en battant le Nord-Irlandais Rory McIlroy, ex-numéro 1 mondial, puis Webb Simpson a battu Justin Rose et Tony Finau a infligé une rouste à Tommy Fleetwood, pourtant invaincu depuis le début du week-end.

En écrasant Jordan Spieth, le Danois Thorbjorn Olesen a permis à l'Europe de souffler un peu, le score étant alors de 11,5 à 9,5. Puis l'Espagnol Jon Rahm a permis aux siens de reprendre leur marche en avant, en battant un Tiger Woods crispé, qui a résisté le plus longtemps possible.

Le groupe mené par le Danois Thomas Björn a alors pu compter, une nouvelle fois, sur l'Anglais Ian Poulter, alias "Mr Ryder", qui a pris le meilleur de haute lutte sur le N.1 mondial Dustin Johnson.

"Nous savions que nous étions les outsiders et cela nous a rendus encore plus déterminés cette semaine", a expliqué le très populaire "Poults", 42 ans. "En reprenant le trophée, on a prouvé qu'il fallait toujours compter avec nous à domicile", a-t-il ajouté.

- Molinari et Garcia écrivent l'histoire -

Alors que l'issue finale ne faisait plus de doute, Francesco Molinari a apporté le point décisif en dominant le vétéran Phil Mickelson, dont le score est resté vierge pour la première fois en 12 participations.

Beaucoup de fans américains ont alors rapidement déserté les lieux, avant même la fin des autres duels.

L'Italien, vainqueur du dernier British Open, est devenu le premier Européen à remporter cinq matches sur cinq dans une Ryder Cup. Vendredi et samedi, associé à Fleetwood, il avait formé la seule paire européenne capable de gagner ses quatre parties de double.

Autre nouveau record de la mythique Ryder Cup, l'Espagnol Sergio Garcia, en battant Rickie Fowler, est devenu le joueur européen ayant inscrit le plus de points: 25,5 en neuf participations, soit un demi-point de plus que l'Anglais Nick Faldo.

Des "Sergiiiioooo! Sergiiiioooo!" ont régulièrement retenti pour saluer le chouchou du public.

"Mes douze joueurs ont été formidables, cela a été facile pour moi de les guider, ils étaient déterminés à atteindre cet objectif qu'ils désiraient à tout prix", a confié le capitaine Björn. "C'est le moment dont je suis le plus fier dans ma carrière", a ajouté le rugueux Danois, très ému.

Les Etats-Unis avaient fondé de gros espoirs sur leur "Dream Team", qui comprenait six des dix meilleurs mondiaux.

"Je vais digérer ce résultat et discuter avec la fédération américaine pour tenter d'améliorer ce qui peut l'être", a indiqué Furyk. "Je suis fier d'avoir été le capitaine de ces douze gars", a ajouté l'homme au profil d'oiseau de proie.

Parmi les facteurs expliquant ce nouveau fiasco, les choix de Furyk dans la constitution de certains doubles seront certainement critiqués: "Thomas a fait un meilleur job que moi", a-t-il admis.

- Woods impuissant -

Le parcours ciselé par le superintendant Alejandro Reyes, sur les instructions directes de Björn, a également joué un rôle majeur, piégeant à de nombreuses reprises les membres de l'équipe visiteuse, notamment dans les approches de greens.

"Il a été préparé à la perfection, cela a bien marché en leur faveur", a reconnu Furyk.

Plus généralement l'état physique des joueurs américains, usés par une longue saison qui vient de s'achever, a peut-être influé sur le résultat.

"Invoquer la fatigue serait chercher une excuse", a répondu Furyk.

Tiger Woods, qui a paru épuisé dès samedi, a été le symbole de ces interrogations.

Une semaine après avoir décroché son premier titre depuis 2013, au Tour Championship, le "Tigre" a subi une déroute complète avec quatre revers en quatre rencontres.

"Je suis l'un des facteurs ayant contribué à notre défaite, et ce n'est pas très amusant", a commenté l'homme aux 14 Majeurs.

La France a pour sa part réussi son rendez-vous avec la Ryder Cup, qu'elle organisait pour la première fois.

La FFgolf fondait de gros espoirs sur cet évènement pour développer la pratique de la petite balle blanche. Elle peut déjà se targuer d'une organisation quasi sans faille et d'un véritable succès populaire.

En 2020, les stars américaines tenteront de prendre leur revanche à domicile, dans le Wisconsin. Et dans quatre ans, sur le sol européen, ils tenteront de vaincre le mauvais sort dans la patrie de Molinari, près de Rome.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2018 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2018 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.