DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Italie: le maire de Riace arrêté, un modèle d'intégration en question

Vous lisez:

Italie: le maire de Riace arrêté, un modèle d'intégration en question

Italie: le maire de Riace arrêté, un modèle d'intégration en question
Taille du texte Aa Aa

Le maire de Riace, présenté comme un modèle d'intégration des migrants dans le sud de l'Italie, a été arrêté mardi, au moment où le gouvernement populiste remet en question le système d'accueil dans des petites structures qui profite à nombre de communes.

Domenico (dit Mimmo) Lucano, 60 ans, est soupçonné d'aide à l'immigration clandestine pour avoir favorisé des mariages de convenance afin d'aider des femmes déboutées du droit d'asile à rester en Italie.

Maire depuis 2004, proche de la gauche, il est aussi accusé de s'être passé d'appel d'offres pour attribuer la gestion des ordures de son village de Calabre de 1.800 habitants à des coopératives liées aux migrants.

Le communiqué du parquet cite des conversations téléphoniques de M. Lucano où il promet de faire une carte d'identité à une personne dont le permis de séjour n'est plus valable, expliquant que la loi qui l'interdit est "stupide", et dans un autre cas de marier les yeux fermés une Nigériane sans-papier.

Son arrestation a provoqué un coup de tonnerre en Italie, tant le "modèle" de Riace a été salué à travers le monde: depuis les années 2000, grâce à des fonds italiens et européens, ce village qui se dépeuplait a repris vie grâce à l'accueil de centaines de demandeurs d'asile.

Ils ont réinvesti les maisons abandonnées, rouvert les ateliers d'artisanat local, permettant d'attirer des touristes et de maintenir l'école ouverte... M. Lucano a été cité parmi les 100 personnalités les plus influentes par le magazine Fortune en 2016 et a inspiré un docu-fiction de Wim Wenders. Même si son projet battait de l'aile depuis quelques mois faute de fonds publics bloqués par les autorités.

Toute la journée, le hashtag #Riace a été en tête des thèmes les plus commentés sur les réseaux sociaux. Et militants et syndicats ont appelé à une manifestation samedi dans le village sous le slogan "On n'arrête pas Riace".

L'écrivain antimafia Roberto Saviano, qui avait lancé cet été un appel pour défendre le "modèle Riace", a dénoncé "un premier acte vers la transformation définitive de l'Italie en Etat autoritaire".

"Vous paraît-il possible que le problème de la Calabre, terre de trafic de drogue et de corruption criminelle, soit l'immigration ?", a ajouté l'auteur de Gomorra, en soulignant que la justice n'avait relevé aucun enrichissement personnel du maire.

- "Un système qui fonctionne" -

"Les villes européennes doivent réagir ! Barcelone avec Riace !", a lancé Ada Colau, maire de la cité catalane, qui était cet été à Riace.

Mais le ministre de l'Intérieur, Matteo Salvini (extrême droite), a dénoncé "les fausses bonnes consciences qui voudraient remplir l'Italie d'immigrés".

Et le blog du Mouvement 5 étoiles (M5S, antisystème) a enfoncé le clou: "Pas un centime pour Riace (...). Le gouvernement du changement a déclaré la guerre au business de l'immigration".

Cette arrestation arrive aussi une semaine après la présentation du "décret-loi Salvini", qui prévoit de regrouper les demandeurs d'asile dans des grands centres d'accueil et de limiter les petites structures inspirées de Riace et prônées par l'ancien gouvernement de centre gauche.

Ces petites unités reçoivent actuellement 35 euros par personne accueillie et par jour, qui reviennent essentiellement à l'économie de la commune via les loyers, les emplois créés, l'argent de poche dépensé sur place...

M. Salvini veut limiter la somme à 20 euros par jour et interdire les titres de séjour humanitaires, ce qui devrait faire chuter de 60% le nombre de personnes éligibles à ces programmes d'intégration, au grand dam des maires concernés.

Ainsi à Montesilvano, station balnéaire de 55.000 habitants sur la côte adriatique, le maire Francesco Maragno (centre droit) a obtenu l'an dernier la fermeture de deux grands centres d'accueil hébergeant 500 personnes -- "deux ghettos où les gens étaient traités comme des numéros" -- contre la création de ces petites structures directement gérées par la commune.

Les demandeurs d'asile ont été engagés dans l'animation d'une plage pour personnes handicapées ou la rénovation des cimetières. "Les citoyens ont commencé à considérer les étrangers non comme un problème mais comme une valeur", salue-t-il.

A Prato, près de Florence, le maire Matteo Biffoni (gauche) s'insurge: "On a un système qui fonctionne et on essaie de le faire s'écrouler".

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2018 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2018 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.