DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Allemagne: le Bayern humilié à domicile s'enfonce dans la crise

Vous lisez:

Allemagne: le Bayern humilié à domicile s'enfonce dans la crise

Allemagne: le Bayern humilié à domicile s'enfonce dans la crise
Taille du texte Aa Aa

Alerte rouge au Bayern Munich! Avec une défaite à domicile 3-0 samedi contre Mönchengladbach, son quatrième match consécutif sans victoire, le champion d'Allemagne s'enfonce dans la crise et son nouvel entraîneur Niko Kovac est déjà sous pression maximum.

Il faut remonter à l'automne 2009 pour trouver trace de quatre matches de suite sans victoire avant la trêve hivernale. La même mésaventure était arrivée en fin de saison 2017 mais les adversaires étaient d'un autre calibre, avec Dortmund et le Real Madrid notamment...

Résultat, au classement, les Bavarois sont cinquièmes avec 13 points, à déjà quatre longueurs du leader.

Mönchengladbach (14 pts), de son côté, s'empare de la deuxième place derrière Dortmund (17 pts), vainqueur de Augsbourg 4-3 samedi, au bout du suspense.

Un parfum de crise flottait déjà sur Munich avant cette rencontre. La presse populaire évoquait des états d'âme dans le vestiaire et affirmait notamment que le Colombien James avait pris la parole en interne pour critiquer Kovac.

Le coach croate né en Allemagne a tenté d'éteindre l'incendie avant le match. "L'ambiance dans le vestiaire est positive, il est faux de dire que ça bouillonne", avait-il dit, affirmant qu'il n'était ni "désemparé" ni "lâché par ses joueurs".

Il a en revanche été lâché par les commentateurs. "Je ne me souviens pas d'avoir vu le Bayern jouer aussi mal", a asséné après la déculottée contre Mönchengladbach l'ancienne gloire du club Lothar Matthäus, "pas d'enthousiasme, pas de langage corporel, pas d'engagement dans les duels. D'une équipe comme le Bayern, j'attends des solutions. Et ils n'en ont pas".

- "Pâle copie du Super-Bayern" -

Bild, le quotidien le plus lu d'Allemagne, a lancé la curée médiatique sur son site internet: "Le nouvel entraîneur venu de Francfort a l'air de plus en plus désemparé. On le voit ruminer sur la ligne de touche, parce que son équipe n'est qu'une pâle copie du Super-Bayern qui vient de remporter six fois consécutivement le titre".

"Contre Mönchengladbach", écrit le quotidien, "il a manqué un plan, au lieu de rythme on a vu des passes transversales. En défense, des ballons perdus facilement et le manque d'implication dans les duels ont conduit aux buts adverses".

Et d'ajouter avec cruauté: "C'est le genre de commentaires que l'on fait d'habitude à propos des candidats à la relégation".

Mené 2-0 devant son public après 16 minutes de jeu, le "Rekordmeister" n'a effectivement pas été capable de réagir. "Aujourd'hui, nous sommes bien entrés dans le match pendant dix minutes", a analysé Kovac, "et, encore une fois, on prend un but qui nous casse le rythme. On fait beaucoup trop de fautes individuelles qui nous pénalisent et qui créent de l'insécurité. Chacun essaye individuellement de faire de son mieux mais on ne le fait pas ensemble".

- "Gifle en pleine figure" -

Même constat pour le capitaine Manuel Neuer, visiblement désemparé à la fin du match: "Nous prenons ce premier but venu de nulle part. Ensuite, le deuxième but c'est une gifle en pleine figure (...) A la pause, on s'est dit qu'on devait refaire ce qu'on avait fait en début de match mais nous n'avons pas réussi à transformer nos bonnes occasions".

Kovac a conscience de l'urgence de la situation: "Quand les joueurs reviendront des matches internationaux, il nous faudra immédiatement et je dis bien immédiatement, jouer de nouveau conformément à nos ambitions", a-t-il dit. Prochain rendez-vous le 20 octobre, à l'extérieur à Wolfsburg.

S'il échoue, son avenir en Bavière sera très probablement menacé. Les patrons du club cinq fois vainqueur de la Ligue des champions, Uli Hoeness et Karl-Heinz Rummenigge ne sont pas connus pour leur patience.

Un peu plus tôt dans l'après-midi, le Borussia Dortmund avait conforté sa première place en faisant une nouvelle démonstration de l'état d'esprit qui l'anime cette saison. Menés à domicile par Augsbourg 1-0, puis 2-1, les hommes de Lucien Favre l'ont finalement emporté 4-3 avec notamment un triplé de Paco Alcacer, prêté par Barcelone.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2018 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2018 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.