DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Cadavres ensevelis en Indonesie: un risque sanitaire infime

Vous lisez:

Cadavres ensevelis en Indonesie: un risque sanitaire infime

Sauveteurs à Palu (Indonésie) le 5 octobre 2018.
@ Copyright :
ADEK BERRY
Taille du texte Aa Aa

Si "traiter avec les morts est l’une des choses les plus difficiles après une catastrophe naturelle", les très nombreux cadavres toujours ensevelis huit jours après le séisme et le tsunami en Indonésie ne présentent pas de risque épidémique, selon les experts, qui bousculent une idée reçue.

- Les cadavres représentent-ils un risque sanitaire ?

"Les morts causés par des événements traumatiques (catastrophes naturelles, accidents ou guerres) ne représentent pas de danger pour la santé", des population survivantes note l'Organisation mondiale de la Santé (OMS) dans une de ses notices techniques.

Même en décomposition, ces corps ne sont pas plus vecteur de contamination qu'avant le décés de la personne.

La situation serait différente s'il s'agissait de cadavres de personnes décimées par une épidémie mais les séismes, les éruptions volcaniques, les tsunamis ou encore les cyclones n'ont jamais été suivis d’épidémies majeures.

"La priorité doit être donnée aux vivants", rappelle l'organisation.

- Quels risques réels représentent ces corps ?

Si les risques d’épidémie restent un mythe, les répercutions psychiques sont bien réelles.

Les survivants sont confrontés à un double traumatisme: la perte d'êtres chers et le fait de s'être trouvé face à la mort à grand échelle, d'où la nécessité "de procéder à la collecte des cadavres le plus tôt possible", note l'OMS.

Même si ce n'est pas le plus grave, l'odeur et l'aspect des cadavres présentent tout de même un problème, estiment certains spécialistes.

Dans les climats chauds, un corps va commencer à se décomposer dans les 12 à 48 heures.

Les cadavres en décomposition triplent de volume et changent de couleurs. Ils émettent également des odeurs souvent intolérables pour les vivants.

- Cette peur d’épidémie, injustifiée, est-elle nuisible ?

Si les cadavres doivent être rapidement soustrais du regard des survivants pour des raisons psychologiques et par respect pour la dignité des personnes décédées, il est contre-productif de les enterrer rapidement.

"Il est beaucoup plus important que les survivants identifient leurs morts et les enterrent conformément à leurs coutumes", estiment les médecins, suggérant que les corps soient, dans un premier temps, simplement rassemblés dans des lieux où ils pourront être identifiés.

Car, selon l'OMS, "lorsque les victimes ont été enterrées dans des fosses communes ou incinérées sans avoir été dûment identifiées, une situation de douleur prolongée et d'incertitude s'installe chez les proches".

De plus, la peur des épidémies provoquée par les cadavres ou les charognes entraîne souvent un gaspillage de ressources vers des programmes de vaccination ou de désinfection, très visibles politiquement mais inutiles.

Il est beaucoup plus important que les ressources disponibles soient utilisées pour soigner les vivants, fournir de l'eau potable, évacuer les eaux usées...

- Qu'en est-il des sauveteurs ?

S'il n'y a pas de risque d'épidemie, manipuler un mort n'est pas sans risque. Les équipes, souvent composées de simples survivants et de bénévoles, doivent porter des gants et des bottes et se laver les mains avec du savon après avoir touché un cadavre.

Vu les conditions difficiles de travail, l'OMS conseille de vacciner les sauveteurs contre le tétanos et d'intervenir rapidement en cas de blessure.

Mais surtout, les services de santé doivent se préparer: "le traitement d'un grand nombre de cadavres peut avoir un sérieux impact sur la santé mentale des membres de l'équipe". "Les effets peuvent prendre une variété de formes et peuvent se produire immédiatement après l'événement ou beaucoup plus tard".

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2018 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2018 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.