DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Rallye de Grande-Bretagne: Ogier en tête, Toyota en chasse

Vous lisez:

Rallye de Grande-Bretagne: Ogier en tête, Toyota en chasse

Rallye de Grande-Bretagne: Ogier en tête, Toyota en chasse
Taille du texte Aa Aa

Le scénario s'est inversé samedi au Rallye de Grande-Bretagne: c'est désormais Sébastien Ogier (Ford) qui mène, au terme d'une 3e journée mouvementée, marquée par les soucis de ses deux rivaux pour le titre mondial, Ott Tänak et Thierry Neuville.

Parti 5e à l'aube sur les pistes de la campagne galloise, et tout de suite en action pour signer le premier temps scratch de la journée (ES10), le quintuple champion du monde a terminé en tête du classement provisoire ce marathon de 150 km chronométrés répartis sur neuf épreuves spéciales.

Sauf qu'avec seulement 4.4 secondes d'avance sur Jari-Matti Latvala (Toyota) et 11.8 secondes sur son coéquipier Esapekka Lappi, dans l'autre Yaris rescapée, le Français n'a pas encore course gagnée. Il reste cinq spéciales à disputer dimanche matin et tout reste possible dans cette 11e manche du Championnat du monde des rallyes (WRC).

Ogier a d'abord profité d'une petite erreur du leader du championnat, Thierry Neuville (Hyundai), parti 2e samedi matin mais qui a perdu du temps dans un fossé de Sweet Lamb 1 (ES11), la superbe spéciale connue pour son gué en bas d'une longue descente à fond, dans la lande galloise.

Les spectateurs l'ont bien aidé à sortir du fossé et le Belge est reparti à l'attaque, mais le mal était fait: il était 9e à une minute trente de Tänak, solide leader, alors qu'Ogier continuait sa remontée jusqu'à la 2e place, en début d'après-midi.

Tänak semblait intouchable, il contrôlait la course, puis il est tombé en panne au début de l'ES16, le deuxième passage dans Sweet Lamb, alors qu'il avait encore 42 secondes d'avance sur Ogier qui venait d'être le plus rapide dans l'ES15.

- Cinq points de bonus à prendre dimanche -

"Il y a peut-être eu un choc, sur un saut, qui a endommagé son radiateur à la fin de la spéciale précédente. Tous les voyants étaient au rouge, il n'y avait plus de pression moteur", a expliqué le patron de Toyota en rallye, l'ex-champion du monde Tommi Mäkinen.

L'Estonien pourra repartir dimanche et visera les cinq points de bonus de la Power Stage, comme lot de consolation. Mais il ne prendra pas plus de points alors qu'il venait de faire le plein dans trois rallyes d'affilée (Finlande, Allemagne, Turquie).

Face à Jari-Matti Latvala, double vainqueur de ce rallye pour Ford (2011, 2012), puis son lieutenant chez VW, Ogier aura fort à faire dimanche. Il n'a plus gagné depuis le Tour de Corse début avril et Latvala ne s'est pas encore imposé cette saison, donc il est très motivé.

En deuxième rideau, à 12 secondes seulement d'Ogier, le jeune Lappi voudra prouver qu'il mérite de remporter ce rallye historique, pilier du WRC... avant peut-être de rejoindre Ogier chez Citroën l'an prochain, si la rumeur de son transfert éventuel chez les Rouges est fondée.

Enfin, pour les places d'honneur, on peut prévoir que les deux autres pilotes Hyundai, Hayden Paddon et Andreas Mikkelsen, vont permettre à leur coéquipier Neuville de gagner deux places facilement, dimanche matin. Rien n'est donc joué, mais une seule chose est sûre: le championnat serait totalement relancé par une victoire d'Ogier...

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2018 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2018 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.