DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Ligue 1: Marseille ferme les portes et chasse les doutes

Vous lisez:

Ligue 1: Marseille ferme les portes et chasse les doutes

Le Marseillais Dimitri Payet contre Caen en Ligue 1, le 7 octobre 2018
@ Copyright :
Christophe SIMON
Taille du texte Aa Aa

L'Olympique de Marseille respire mieux après sa victoire contre Caen (2-0), la deuxième seulement en six matches: sa défense a enfin tenu, et il remonte sur le podium de la Ligue 1, dimanche pour la 9e journée.

Fin de l'opération portes ouvertes. Après avoir concédé 14 buts en cinq matches, l'OM a défendu décemment et, cette fois, ne s'est pas bêtement laissé reprendre ses deux buts d'avance, comme chez l'Apollon Limassol (2-2), jeudi en Ligue Europa.

En attendant le résultat de Lyon contre le PSG, Marseille reprend place sur le podium (3e), au bénéfice d'un plus grand nombre de buts marqués que Montpellier (21 contre 12, pour une même différence de buts de +5). Lille, qui avait corrigé l'OM (3-0) une semaine plus tôt, reste 2e.

Battre le Stade Malherbe, 15e de L1, n'est pas l'exploit de la saison mais il fallait étouffer la crise, qui couve toujours à Marseille à la moindre mini-série négative.

Plus important, beaucoup de joueurs majeurs ont réussi leur match, après les doutes nés de leurs dernières prestations.

Kostas Mitroglou n'a pas tout réussi, il a même dévoré une occasion sel devant le but (23) mais il a ouvert le score (36), Kevin Strootman a récupéré au métier le ballon sur l'action qui lance le deuxième but, signé Florian Thauvin (45), et Adil Rami, de retour de blessure, a commandé avec assurance la défense.

- Payet toujours haut niveau -

Les prestations des deux leaders de l'OM ne suscitaient pas le doute et ils ont encore assuré.

"Flotov" a gonflé ses statistiques avec une passe décisive pour "Mitro" et un 7e but, pour reprendre le trône des meilleurs buteurs de L1, partagé avec Neymar, en attendant OL-PSG, et le Bordelais François Kamano.

Quant à Dimitri Payet, il est resté au niveau très élevé où il danse depuis le début de la saison. Il sert le 2-0 à Thauvin et a encore semé ouvertures et passement de jambes.

Il aurait ajouté une "passe dé" à son tableau si Brice Samba, ancien de l'OM, n'avait claqué sous la barre une tête de Mitroglou sur un coup franc parfaitement dosé de Payet (45+5).

Même Steve Mandanda a apporté son écot, avec une parade digne du "Fenomeno" seul devant Enzo Crivelli (53). Cette première "clean sheet" (feuille de match propre, sans but encaissé) de la saison devrait faire du bien au champion du monde.

Enfin il n'y avait guère de doutes sur le niveau de Luiz Gustavo, un des meilleurs joueurs de l'équipe depuis 15 mois, mais il a rayonné de plaisir de joueur pour ce second match de rang au milieu de terrain, sa vraie place.

La deuxième mi-temps est restée mollassonne, même si Caen n'a jamais renoncé à jouer.

Rudi Garcia a même cru renverser une bouteille d'encre sur la clean sheet à la dernière minute mais le but d'Alexander Dijku a été refusé, étant marqué de l'avant-bras. C'était la troisième fois que Benoît Millot consultait l'arbitrage vidéo: il a refusé à juste titre un penalty pour un léger tirage de bras de Baysse sur Mitroglou (11) et longuement vérifié la position de Lucas Ocampos sur le but du Grec.

Il reste la trêve à l'OM pour resserrer encore quelques boulons mais Rudi Garcia pourra travailler plus sereinement après cette victoire.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2018 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2018 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.