DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Tennis: Djokovic poursuit sa route à Shanghaï

Vous lisez:

Tennis: Djokovic poursuit sa route à Shanghaï

Tennis: Djokovic poursuit sa route à Shanghaï
Taille du texte Aa Aa

Jusqu'ici, tout va bien. Novak Djokovic, lancé dans un challenge censé impossible il y a à peine 3 mois, continue de dérouler au Masters 1000 de Shanghai, avec désormais Alexander Zverev sur sa route en demi-finale, et la perspective de retrouver Roger Federer en finale.

Plus les jours passent et plus le scénario prend forme. Dès le début de la semaine, +Djoko+ avait annoncé la couleur: il ferait "tout" pour tenter de redevenir N.1 mondial. Et il tient jusqu'ici parole, même si une victoire à Shanghai ne lui permettrait pas d'obtenir sur le champ cette place si convoitée mais de s'en rapprocher inexorablement.

Face au froid géant sud-africain Kevin Anderson, il a encore une fois montré que cet objectif lui servait de mantra. Accroché dans le premier set, le Serbe a tenu tête. D'abord en sauvant une balle de set, puis en survolant le tie-break (remporté 7-1) derrière. La deuxième manche a été encore mieux maîtrisée, Anderson n'ayant pas trouvé la clé au retour, avec seulement quatre points gagnés sur le service du Serbe.

+Nole+ n'est donc plus qu'à deux victoires d'un titre qui le placerait à seulement quelques encablures de Rafaël Nadal, blessé, et dont l'avenir en cette fin de saison reste bien flou.

Il faudra au préalable battre le plus éminent membre de la jeune génération, vouée à remplacer un jour ces historiques membres du "Big Four", le jeune Allemand Alexander Zverev, 21 ans et déjà 5e mondial, qui n'a fait qu'une bouchée de Kyle Edmund (6-4, 6-4).

"Nous sommes deux joueurs différents. Nous nous sommes joués il ya plus de deux ans, en finale à Rome (Zverev l'avait emporté en deux sets, NDLR). C'était une surface différente. J'ai le sentiment que je ne jouais pas aussi bien que maintenant", a assuré Djokovic.

Zverev semble assurément le plus coriace des adversaires à jouer en ce moment. Il a non seulement assuré sa place au Masters de Londres à la mi-novembre, ce qui ne faisait pas non plus trembler grand monde, mais planté le décor de sa demi-finale face à Djokovic.

- Federer, le phoenix -

Souvent enterré mais toujours là. Si ses deux premiers tours à Shanghai n'engageaient guère à l'optimisme, bousculé par Medvedev puis Bautista Agut, de bons joueurs mais pas des monstres non plus, l'impression dégagée par le Suisse s'est brutalement inversée. Ainsi va la vie dans le tennis.

Face au Japonais Kei Nishikori, le Maître, 37 ans au compteur, a calmé son monde en prouvant que s'il ne dominait plus aussi outrageusement le circuit, il avait encore son mot à dire.

Nishikori n'a pas forcément grand chose à se reprocher. Mais, face à un Federer de ce niveau, il n'y a pas grand chose à faire, et les rares fenêtres à prendre sont étroites. Il pourra toujours regretter de ne pas avoir su finir le job après avoir mené 4-1 dans le tie-break du deuxième set. Mais le Suisse a aligné à ce moment-là six coups parfaits, juste un peu aidé une seule fois par le filet. Un job parfaitement maîtrisé par le Suisse (6-4, 7-6) qui devra tout de même se méfier du jeune Croate Borna Coric en demi-finale qui l'avait sérieusement titillé à Indian Wells cette saison, avant de le battre sur gazon à Halle.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2018 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2018 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.