DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Allemagne: Löw et ses "champions du Monde" au fond du trou

Vous lisez :

Allemagne: Löw et ses "champions du Monde" au fond du trou

Allemagne: Löw et ses "champions du Monde" au fond du trou
Taille du texte Aa Aa

Après la déroute 3-0 samedi contre les Pays-Bas en Ligue des Nations, le sélectionneur allemand Joachim Löw et sa "vieille garde" de champions du monde 2014 sont désormais ouvertement contestés. Et condamnés à un exploit mardi à Paris contre la France pour apaiser la tempête.

. Le traumatisme du Mondial

gi

"Depuis la débâcle du Mondial, rien ne va mieux". L'hebdomadaire Focus en ligne résumait dimanche matin l'impression de l'Allemagne de revivre match après match les cauchemars de la Coupe du monde en Russie.

Comme au Mondial, la Mannschaft s'est créé à Amsterdam des occasions qu'elle a été incapable de mettre au fond. Comme au Mondial les duels perdus et les ballons rendus à l'adversaire l'ont constamment mise en danger. Et comme au Mondial les attaquants adverses ont bénéficié de boulevards dans la défense.

"On sent en ce moment que nous n'avons plus la confiance en nous qui était la nôtre", a reconnu Löw: "Lorsque nous encaissons des buts nous perdons notre fil conducteur, ça ne nous serait pas arrivé il y a quelques mois".

. Löw en sursis

Après 12 ans en poste, le technicien de 58 ans est-il encore l'homme de la situation ?

Le quotidien Bild, le plus lu d'Allemagne, mène la charge dimanche matin: "Pas d'audace novatrice, pas d'idée de jeu, pas d'efficacité devant le but. Il titularise l'attaquant de Schalke Uth, zéro but cette saison, et laisse les feux follets Brandt et Sané sur la touche", fulmine Bild, qui reproche au coach sa fidélité aveugle à ses anciens de 2014.

Apparu abattu samedi après le match, le sélectionneur a d'abord admis à la télévision allemande qu'un débat sur son avenir était "normal". "Evidemment il faut s'y attendre. On doit vivre avec ça lorsqu'on livre une telle prestation", a-t-il dit.

Mais un peu plus tard en conférence de presse, il a pris la mouche lorsqu'un journaliste néerlandais lui a posé la question de son éventuelle démission.

. La fin d'une génération dorée ?

C'est LA question qui conditionne l'avenir de Löw. Le maintien à tout prix de ses cinq champions du monde au Brésil, Neuer, Boateng, Hummels, Kroos et Müller, dont il fait l'ossature de l'équipe, est-il une erreur fatale ?

"Les tauliers sont censés mener le groupe et prendre les responsabilités, quand ils ne le font pas, ça déstabilise et ça crispe l'équipe", fustigeait dès la mi-temps Oliver Kahn, l'ancien gardien international aujourd'hui consultant.

Contre les Pays-Bas, Neuer se troue sur le premier but, Boateng passe totalement à côté de son match, Kroos est transparent et Müller maladroit dans la construction et devant le but.

Quant à Hummels, sa sortie au micro de la télévision en fin de match prouve un manque de lucidité rare chez lui: "Nous perdons 3-0 un match que nous aurions dû gagner", a-t-il dit, "nous allons en prendre plein la figure mais nous n'avons rien à nous reprocher".

Löw lui-même l'a contredit: "Dans les dix dernières minutes, les joueurs doivent prendre leurs responsabilités et ne pas courir partout comme des fous. Cette défaite amère, nous ne la devons qu'à nous-mêmes".

. Quel scénario contre la France ?

"Nous devons tirer les bonnes conclusions pour le match à Paris, montrer du caractère, l'équipe et chaque joueur en particulier", a lancé Löw samedi soir, comme un vœu pieux.

Mais sacrifiera-t-il un, ou plusieurs, de ses vieux grognards au profit des jeunes ? Peu probable, quand on connaît l'homme.

Samedi soir, il s'en est tenu à son analyse habituelle: "J'ai toujours dit qu'il faut trouver le bon mélange entre jeunesse et expérience. Les jeunes ont apporté un vent frais en rentrant, c'est vrai. Mais ils n'ont pas encore la toute grande qualité pour être à leur zénith, il ne faut pas attendre de miracles d'eux. Werner, Brandt, Sané ou Gnabry ont encore besoin de temps".

Il avait tenu exactement ce raisonnement-là en Russie, conduisant l'Allemagne à une élimination historique au premier tour.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2018 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2018 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.