DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Brésil: Bolsonaro "fomente la violence", dit Haddad à l'AFP

Vous lisez:

Brésil: Bolsonaro "fomente la violence", dit Haddad à l'AFP

Brésil: Bolsonaro "fomente la violence", dit Haddad à l'AFP
Taille du texte Aa Aa

Fernando Haddad, le candidat de gauche à la présidentielle au Brésil, a affirmé samedi dans un entretien exclusif à l'AFP que son adversaire d'extrême droite Jair Bolsonaro "fomente la violence, y compris la culture du viol", à deux semaines du second tour.

"Armer la population ne va rien résoudre", a ajouté le candidat du Parti des Travailleurs (PT), en référence à une proposition phare de Bolsonaro, favori du deuxième tour, de libéraliser le port d'arme alors que le pays connait une flambée de violence.

"Mon adversaire fomente la violence, y compris la culture du viol. Il a dit à une députée qu'il ne la violerait pas parce qu'elle ne le méritait pas. Vous voulez un signal plus fort?", a-t-il lancé, rappelant les propos de son adversaire à l'encontre de la députée du PT Maria do Rosario, datant de 2014.

Fernando Haddad, qui a obtenu 29% des voix au premier tour, contre 46% pour Bolsonaro, croit tout de même en ses chances de renverser la vapeur, même si le premier sondage de l'entre-deux tours donne le candidat d'extrême droite largement vainqueur (58% contre 42%).

"Il a toujours incité à la violence, imaginez une personne qui a pour héros un des plus grands tortionnaires du continent", a-t-il dit au sujet d'un hommage rendu dans le passé par Bolsonaro à un haut gradé accusé de torture durant la dictature (1964-85).

"Cette personne est en tête des sondages, mais elle va perdre", a déclaré l'ex-maire de Sao Paulo.

"Comment une personne qui prône l'intolérance peut promettre la sécurité?", a poursuivi celui qui a remplacé un mois avant le premier tour en tant que candidat du PT l'ex-président Luiz Inacio Lula da Silva, incarcéré pour corruption et déclaré inéligible.

Une série d'agressions la semaine dernière de militants de gauche attribuée à des bolsonaristes a inquiété au Brésil et Bolsonaro avait dû appeler ses partisans au calme.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2018 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2018 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.