DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Amiens: Ganso, si loin des années avec Neymar...

Vous lisez :

Amiens: Ganso, si loin des années avec Neymar...

Amiens: Ganso, si loin des années avec Neymar...
Taille du texte Aa Aa

Si Neymar est devenu une star planétaire, Ganso, à qui on prédisait le même destin, est presque retombé dans l'anonymat. Six ans après avoir joué pour la dernière fois ensemble sous le maillot de Santos au Brésil, les deux se retrouvent dans le même championnat, adversaires à l'occasion de PSG-Amiens.

Plutôt discret mais très souvent capable de répondre favorablement aux demandes de photos et de dédicaces les soirs de match, Ganso sait bien qu'il court après le temps perdu.

A 29 ans, celui que certains journalistes brésiliens disaient plus fort que Neymar, s'est pour l'instant bien adapté à la vie dans cette ville du nord de la France d'environ 130.000 habitants aux côtés de son épouse et de ses deux enfants.

Comme "Ney", il était programmé pour réussir, mais Ganso (Oie en portugais) a connu une succession de graves blessures, entre lésion d'un ménisque, rupture du ligament croisé antérieur du genou gauche, grosse déchirure à la cuisse droite...

A travers son interview dans L'Equipe ce vendredi, on comprend aussi qu'il n'était pas aussi mentalement préparé que son ancien équipier. A la question "Auriez-vous supporté la pression avec laquelle Neymar vit en permanence?", Ganso répond: "Ce serait très difficile, parce que cette pression au-dessus de sa tête, elle ne date pas de ses dix-huit ans. Lorsqu'il avait dix-douze ans, la presse parlait déjà beaucoup de lui".

Malgré les accidents de parcours, le nom de Ganso reste connu sur la planète foot. Et le 31 août dernier, dans les dernières heures du mercato, son prêt à Amiens avec option d'achat (sept millions d'euros) en provenance du FC Séville, a surpris tout le monde.

- "Un joueur différent" -

Amiens, un club qui connaît seulement sa deuxième saison dans l'élite française, enrôlait donc celui, qui, aux côtés de Neymar, avait gagné la Copa Libertadores, la Ligue des champions d'Amérique du Sud, en 2011 avec Santos.

En à peine quelques semaines, le milieu brésilien est parvenu à faire l'unanimité dans son nouveau club, sa "nouvelle famille", répète-t-il alors que se profilent ses retrouvailles avec "Ney". Peut-être pas directement sur le terrain, car l'ancien joueur du Barça pourrait être ménagé en vue de la Ligue des champions avec Paris.

Mais Ganso a forcément coché cette date dans son agenda. Parrain du fils de l'attaquant, il tombera sûrement dans les bras du capitaine de la Seleçao avant le match. "On s'est parlé après ma signature à Amiens et il m'a souhaité bonne chance", confiait-il simplement aux nombreux journalistes à son arrivée à Amiens.

En quatre semaines, Ganso a beaucoup travaillé, notamment sur le plan athlétique. Aujourd'hui, ce N.10 à l'ancienne n'est pas encore à 100% mais il est "sur la bonne voie" selon son coach Christophe Pelissier, qui devrait le titulariser pour la troisième fois.

"C'est un joueur différent, techniquement au-dessus", dit régulièrement de lui l'entraîneur amiénois qui assurait jeudi en conférence de presse d'avant-match qu'il n'avait pas évoqué le sujet Neymar avec son joueur.

Utilisé jusque-là avec parcimonie, le Brésilien reconnaît que la Ligue 1 est "un championnat difficile". Encore plus depuis le transfert au PSG de son ami Neymar. "Je suis plus calme, il est plus électrique" dit Ganso dans le quotidien sportif français L'Equipe. On peut dire ça aussi de leurs carrières respectives.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2018 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2018 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.