DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Brexit: toute extension de la période transitoire doit être courte, estime Londres

Vous lisez :

Brexit: toute extension de la période transitoire doit être courte, estime Londres

Brexit: toute extension de la période transitoire doit être courte, estime Londres
Taille du texte Aa Aa

Le ministre britannique chargé du Brexit, Dominic Raab, s'est dit ouvert dimanche à une éventuelle prolongation de la période de transition après la sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne, à condition qu'elle soit courte et qu'elle s'accompagne d'une "porte de sortie".

Cette extension de la période de transition, actuellement prévue pour durer jusqu'à fin 2020, permettrait de donner un peu plus de temps à Londres et Bruxelles pour négocier leur future relation commerciale, tout en gardant ouverte la frontière entre la province britannique d'Irlande du Nord et la République d'Irlande (membre de l'UE) après le Brexit, principale pierre d'achoppement des négociations de divorce.

"S'il doit y avoir une passerelle, je garde l'esprit ouvert quant à la possibilité de recourir à une courte extension de la période de transition. Disons trois mois", a déclaré M. Raab sur la BBC.

"Il serait assez bizarre que nous nous retrouvions dans cette passerelle temporaire sans porte de sortie. Elle pourrait être limitée dans le temps, il pourrait y avoir un autre mécanisme", a-t-il précisé.

M. Raab s'est également dit "confiant" qu'un accord de divorce puisse être trouvé avec l'UE. En tout état de cause, celui-ci devrait être conclu "d'ici la fin novembre", selon lui, afin de ménager suffisamment de temps pour son examen au Parlement.

L'idée d'une prolongation de la période transitoire post-Brexit a été évoquée lors des négociations entre Bruxelles et Londres cette semaine, notamment pour apaiser la tension autour du problème de la frontière irlandaise.

La Première ministre Theresa May avait déjà évoqué jeudi la possibilité d'une prolongation de "quelques mois" de cette période de transition post-Brexit, s'attirant les foudres des Brexiters, partisans britanniques d'une rupture nette et rapide avec l'UE.

Selon les journaux du dimanche au Royaume-Uni, des députés conservateurs s'apprêteraient d'ailleurs à contester son leadership au cours de la semaine à venir.

Pour Dominic Raab, toute extension de la période de transition serait "une alternative" au "filet de sécurité" ("backstop") demandé par l'UE pour éviter le retour d'une frontière physique sur l'île d'Irlande, a-t-il écrit par ailleurs dans The Sunday Telegraph.

Cette solution, rejetée en l'état par Londres, prévoit de maintenir l'Irlande du Nord dans l'union douanière et le marché unique, si aucune autre solution n'est trouvée.

Alors que les négociations sur l'accord de divorce peinent à se conclure, la ministre française des Affaires européennes, Nathalie Loiseau, a souligné que la balle était "dans le camp de Londres".

"Nous devons avoir des réponses définitives, ou du moins pas de mesures temporaires qui disparaissent et nous ne savons pas quoi faire après", a-t-elle dit sur la BBC.

Samedi, près de 700.000 personnes ont manifesté à Londres pour réclamer un référendum sur l'accord final sur le Brexit, selon un dernier décompte des organisateurs.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2018 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2018 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.